Duluth (Minnesota), une étape majeure pour le président-candidat Trump?

C. Ghorra-Gobin, M. Azuelos

Au lendemain (30 septembre 2020) du débat avec le candidat démocrate Joe Biden, le président-candidat Trump en pleine campagne électorale s’est rendu à Duluth (Minnesota).  Comment expliquer le choix de cette petite ville pour une 6ème visite dans l’Etat du Minnesota ? 

Pour répondre à cette question, l’analyse sera centrée en premier sur les spécificités de la ville de Duluth et plus particulièrement le Mémorial qui évoque la période de la suprématie blanche. Puis il sera question du choix de l’État du Minnesota qui représente un enjeu majeur pour la campagne présidentielle dans le Midwest.  

1-Dimension géographique et mémorielle

Duluth est une ville ayant peu de visibilité dans les médias nationaux qui au cours de l’été 2020 ont accordé toute leur attention à la ville de Minneapolis où un noir (George Floyd) a été tué par un policier blanc durant son arrestation.  Cet évènement a entraîné des émeutes à Minneapolis et a radicalisé le mouvement national Black Lives Matter. Duluth, située non loin de la frontière avec le Canada, est loin d’être aussi importante que Minneapolis, mais elle symbolise mieux que celle-ci la période de la suprématie blanche.  

La ville

Duluth est une ville de 85.000 habitants située sur le Lac Supérieur dans le nord du Minnesota à environ 300 km de la frontière avec le Canada.  Elle est très étendue et couvre une superficie de 226 km² dont 50 km² sont occupés par des lacs.  Elle s’inscrit par ailleurs dans une métropole, une catégorie statistique définie par le Bureau du recensement (Metropolitan Statistical Area) qui se déploie sur 27.000 km² et inclut 288.000 habitants.

La région de Duluth a été pendant longtemps habitée par les Ojibwe avant d’être colonisée par les Européens et les Américains.  Elle enregistra un essor industriel important dans la première moitié du 20ème siècle suite à l’exploitation des mines de fer de l’Iron Range à la fin du 19ème siècle (le vice-président Mike Pence s’est rendu à Hibbing dans l’Iron Range, bastion démocrate, le 26/10/2020) et figura au rang de port le plus important du Lac Supérieur.  Elle fut une ville ouvrière et le dynamisme actuel de ses syndicats explique la visite du candidat Joe Biden le 18 septembre 2020. 

Son territoire est localisé dans le 8ème district du Congrès américain où il est représenté par un républicain depuis 2018.  Il relève du 7ème district du Sénat et de la Chambre des représentants de l’État du Minnesota et est représenté par trois démocrates (DFL). 

Si ce portrait géographique ne permet d’expliquer le choix de la ville de Duluth par le président-candidat, il importe de se tourner vers son histoire (outre le fait qu’elle est la ville natale de Bob Dylan) et de prêter attention à la dimension mémorielle de la période de suprématie blanche.  

Le Mémorial Clayton Jackson McGhie, la célébration d’un centenaire (2020)

((Voir également le site The Minnesota Historical Society https://www.mnopedia.org/thing/clayton-jackson-mcghie-memorial-duluth))

Le Mémorial Clayton Jackson McGhie, situé à l’angle de la East First Street et de la North Second Avenue East à Duluth, rappelle les victimes des lynchages du 15 juin 1920. Suite au viol rapporté d’une femme blanche, une foule de Blancs a saisi les trois travailleurs noirs du cirque Elias Clayton, Elmer Jackson et Isaac McGhie. Après un simulacre de procès, la foule a pendu les trois hommes à un lampadaire dans le centre-ville de Duluth.  Et personne n’a jamais été jugé pour ces meurtres.

Les lynchages de Duluth se sont déroulés dans une époque de suprématie blanche, de discrimination légale et de violence extrême contre les personnes de couleur. Ils ont fait la une des journaux nationaux puis ont disparu de la mémoire collective.  Mais en 1979, Michael Fedo, un historien local a évoqué l’histoire des lynchages (“The Lynchings in Duluth”), qui a permis aux habitants de mieux appréhender l’histoire de la ville et de se souvenir de cet évènement sombre.  Ces derniers ont commencé à organiser des rencontres sur le site des lynchages.

En 1991, Craig Grau, professeur à l’université du Minnesota à Duluth, réussit à localiser les tombes de Clayton, Jackson et McGhie, un épisode qui a été relaté dans le Monde du 16 août 2009 (“Duluth, ce n’étaient que des nègres”).  Le chapitre local de la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People, association nationale pour la promotion des gens de couleur) a parrainé l’installation de pierres tombales. En plus du nom des victimes, de leur date de naissance et de leur date de décès, chaque pierre porte la phrase “Deterred But Not Defeated” (dissuadé mais pas vaincu).

Quelques années plus tard, la journaliste Heidi Bakk-Hansen et Henry Banks, le responsable d’un centre de ressources pour les familles de Duluth, ont co-fondé une association pour l’éducation du public sur les lynchages et pour la création d’une plaque commémorative. L’association (CJM Clayton Jackson McGhie Memorial Board) a travaillé avec la Commission des arts publics de la ville de Duluth et ensemble elles ont émis des propositions pour un mémorial près du site du lynchage. En février 2003, la commission a attribué le projet à l’artiste locale Carla Stetson et à l’écrivain Anthony Peyton Porter et les travaux ont débuté l’année suivante.

L’artiste Carla Stetson a créé une sculpture grandeur nature qui célébrait Clayton, Jackson et McGhie en tant qu’individus. “Lorsque les jeunes hommes ont été lynchés, ils ont été dépersonnalisés”, a-t-elle déclaré. “L’idée qu’ils étaient des personnes individuelles avec des sentiments réels et leur vie devant eux — tout cela leur a été enlevé. Stetson a placé les sculptures le long d’une place ouverte, entourée de citations de poètes, de philosophes et de militants des droits civiques. La place est devenue le point central des commémorations du centenaire des lynchages et des manifestations publiques.

Au mois de juin de l’année 2020, le gouveneur (démocrate) du Minnesota Tim Walz et le procureur général Keith Ellison, ont participé sur cette place à un mémorial réunissant plus de 1.000 personnes pour inscrire le centenaire des lynchages dans la mémoire collective et entamer une démarche de réconciliation entre les Noirs et les Blancs.

Comprendre l’intérêt du président-candidat pour une petite ville alors qu’il essaie de récupérer le Minnesota exige d’avoir connaissance du récit de la construction du Mémorial Clayton Jackson McGhie et du sens que ce dernier revêt pour ses habitants. 

2-Les enjeux que représente l’État du Minnesota pour la campagne

La visite du président Trump à Duluth le 30 septembre dernier était la troisième qu’il effectuait en un mois et demi dans l’Etat du Minnesota. Elle avait été précédée par une visite à Mankato le 18 août et une autre à Bemidji le 18 septembre, jour où Joe Biden effectuait lui-même à Duluth la seule visite au Minnesota qu’il ferait au cours de sa campagne. Eu égard à sa population (5,6 millions d’habitants), et aux 10 grands électeurs qui le représentent au sein du collège électoral, cet Etat apparaissait comme particulièrement privilégié par le camp Trump dans la campagne de 2020. Comment comprendre cet intérêt ?

Il faut tout d’abord rappeler que, lors de la présidentielle de 2016, Donald Trump l’avait emporté dans 10 des 12 Etats du Midwest, l’Illinois et le Minnesota constituant les deux exceptions à cette lame de fond. Le score avait été particulièrement serré dans le Minnesota, Hillary Clinton n’ayant devancé son rival que de 1,5 % des voix. Depuis lors, Trump était resté persuadé que son erreur de 2016 avait consisté à sous-estimer ses chances dans le Minnesota et à ne pas être suffisamment présent sur le terrain pour l’emporter.

Ce qui explique que son équipe de campagne ait commencé, dès l’été 2019, à y investir des sommes colossales. Et que le président y ait été aussi beaucoup plus présent qu’en 2016. Si le scrutin du 3 novembre 2020 s’avérait serré, les 10 grands électeurs du Minnesota pourraient en effet peser lourd dans le résultat final, et cet Etat a été présenté comme un swing state pendant toute la campagne présidentielle.

La longue tradition démocrate de cet Etat — aucun candidat républicain à la présidentielle n’y est arrivé en tête depuis 1972 — a en effet été bouleversée par les évolutions récentes de l’électorat.

Le recul du soutien au Parti démocrate dans le territoire du Minnesota (élections présidentielles de 2008 à 2016)

En 2016 les seuls comtés encore bleus étaient ceux du nord-est de l’Etat, où se situe Duluth, ceux de la métropole de Minneapolis – Saint Paul, et le comté d’Olmsted, siège de la ville de Rochester (113 000 habitants). Mais en 2018, lors des élections au congrès à mi-mandat (“midterms”) la circonscription de Duluth basculait en rouge avec l’élection d’un républicain dans ce territoire traditionnellement acquis au Minnesota Democratic Farmer Labor Party (DFL).

Source: Minnesota Secretary of State

Le nom de ce parti, qui est allié au Parti démocrate à l’échelle nationale, reflète tout à la fois ses origines et les raisons de son recul actuel dans ce que l’on désigne par le “Greater Minnesota”, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas la métropole de Minneapolis – Saint-Paul, capitale économique et politique de l’Etat. Constitué en 1944 par fusion entre le Farmer Labor Party, qui avait un programme très progressiste, et le Parti démocrate local, le DFL est depuis le départ animé de courants qui se cristallisent autour de quelques figures marquantes.

Aujourd’hui on y trouve d’un côté la sénatrice Amy Klobuchar ou le gouverneur Tim Walz, des centristes qui militent pour des positions capables d'”unifier” le Minnesota autour de politiques susceptibles de défendre les intérêts de l’ensemble de ses habitants. Candidate aux primaires démocrates de 2020, A. Klobuchar y défendit un programme ne différant guère de celui de Joe Biden, auquel elle se rallia d’ailleurs début mars. L’extrême gauche du DFL s’incarne quant à elle dans la personne de la représentante Ilhan Omar, qui avait soutenu Bernie Sanders pendant les primaires et s’est ensuite fortement investie dans le mouvement Black Lives Matter après le décès de George Floyd le 25 mai dernier dans la circonscription de Minneapolis dont elle est l’élue.

Le courant le plus conservateur est enfin représenté par Collin Peterson, l’un des deux représentants démocrates à avoir voté contre l’impeachment de Donald Trump en janvier 2020. Élu d’une circonscription rurale (la 7e), il préside par ailleurs la Commission pour l’Agriculture de la Chambre des représentants et s’est illustré en défendant avec fermeté les intérêts des agriculteurs au cours de la renégociation de l’ALENA.

Pour comprendre l’évolution du vote au Minnesota, il faut prendre en compte que, comme le souligne Larry Jacobs, professeur à l’Université du Minnesota, “la métropole de Minneapolis – Saint Paul vote aussi bleu que les circonscriptions les plus à gauche de Californie, alors que certaines circonscriptions rurales votent aussi rouge que certaines parties de l’Alabama”1.

D’autres auteurs rejoignent Jacobs en parlant de “deux Minnesota” (voir «  A Tale of Two Minnesotas », Politico 8 septembre 2020) alors que d’autres vont encore plus loin en évoquant les “cinq états politiques qui composent le Minnesota”2.   

Cette division recouvre des dynamiques socio-économiques, mais aussi démographiques et culturelles, la métropole de Minneapolis – Saint Paul se distinguant par des institutions originales, non seulement à l’échelle de l’Etat mais aussi à celle de la nation tout entière. Fondamentalement, ces dynamiques ont érodé le soutien de la base traditionnelle du Democratic Farmer Labor Party — les agriculteurs et des ouvriers — aux politiques mises en œuvre par le Parti démocrate au plan national.

Si on a tendance à associer l’économie du Minnesota à ses piliers traditionnels — l’agriculture, les mines et l’industrie manufacturière — cette représentation est aujourd’hui largement inexacte. L’économie du Minnesota est très diversifiée, et sa structure reflète assez largement celle des États-Unis dans leur ensemble.  Les activités de service, qui se sont développées tout au long du XXe siècle, représentent aujourd’hui 88 % du PIB et 84 % de l’emploi de l’État.

L’agriculture, avec 2 % du PIB de l’État, et l’industrie manufacturière (15 %) occupent une place légèrement supérieure à celle qu’elles occupent désormais dans l’économie nationale. Mais les principaux secteurs d’activité représentés au Minnesota sont la finance, l’assurance, l’immobilier et les services de location et de location à bail (18 %), les services professionnels, scientifiques et techniques (13,8 %) et les services d’enseignement, de santé et d’assistance sociale (10,7%). Cette diversité sectorielle va de pair avec des spécialisations régionales bien marquées, ce qui a une forte incidence sur la répartition territoriale des revenus.

Les différences de rémunérations induites par la structure sectorielle des économies locales et par le niveau de qualification des emplois qu’elles génèrent sont en effet largement responsables d’inégalités géographiques de revenus qui se sont creusées depuis une vingtaine d’années. Ces inégalités, tout comme l’incidence du taux de pauvreté, reflètent par ailleurs la composition ethnique de la population.

Celle-ci s’est fortement diversifiée depuis les années 1950, au point que les blancs non hispaniques ne représentaient plus que 63,8 % de la population de l’État en 2010, alors que la population noire (18,8 %), hispanique (10,5 %), et asiatique (5,6 %) progressait et que la part des Amérindiens n’était plus que 2,0 %. Le poids croissant des groupes non-blancs sera sans doute confirmé par les résultats du recensement de 2020.

Ces évolutions sont prises en compte par les responsables politiques locaux, le Minnesota se distinguant d’autres Etats par le fait qu’il est l’héritier d’une tradition progressiste qui pousse les élus à mettre en œuvre des politiques publiques destinées à promouvoir l’inclusion et à lutter contre les inégalités. Le sentiment d’appartenance à une communauté fait aussi partie des traditions de l’Etat, la cohabitation entre démocrates et républicains y étant plutôt la règle que l’exception.

Mais le creusement des inégalités sape la confiance de la partie la plus vulnérable de l’électorat en une tradition politique que la campagne de 2020 a par ailleurs fortement ébranlée. Des clivages profonds qui certes pré-existaient mais n’étaient jamais apparus aussi clairement ont été exacerbés par la politique et le discours de Trump.

La violence des propos haineux du président et de ses soutiens républicains locaux à l’encontre des démocrates du Minnesota suite aux mesures de confinement adoptées par le gouverneur au printemps, puis face aux violences urbaines déclenchées à Minneapolis par le décès de George Floyd ont attisé les tensions. Il suffit de visionner le discours prononcé par le président à Duluth le 30 septembre dernier3.

Le vote du collège électoral l’emporte sur le vote populaire

L’État du Minnesota a été visité à plusieurs reprises durant la campagne présidentielle du président-candidat dont la stratégie consiste à remporter les voix des Grands Electeurs de chacun des cinquante États. Si en 2016, la candidate démocrate Hilary Clinton avait gagné le vote populaire (une avance de 2,7 millions de voix), son rival républicain avait remporté le vote du collège électoral.  Pour les Pères fondateurs des États-Unis, le vote du collège électoral était un moyen de pondérer la représentation des citoyens américains par celle des territoires. 

En 2020, les deux candidats à l’élection présidentielle cherchent à obtenir les voix des Grands Electeurs du Minnesota que le président Trump avait perdues lors de l’élection précédente4.  La visite à Duluth — où le président a fait un discours devant 2.500 personnes alors que l’État autorisait des rassemblements limités à 250 personnes — se présente également comme un moyen de remettre en cause les efforts déployés depuis plusieurs décennies par les habitants pour réconcilier les populations blanche et noire. Le Mémorial Clayton Jackson McGhie symbolise bien cette intention.

Ghorra-Gobin, Cynthia. "Un "tournant" dans la construction du récit métropolitain ?" Skyscraper,[URL]http://skscraper.hypotheses.org.

 

  1. Cité par Chris Clayton, « The Polka-Dot State », Mlps St Paul, 20 décembre 2016 []
  2. Voir David Weigel, « The Five Political States of Minneosta », Washington Post, 23 septembre 2020 []
  3. Voir le lien https://www.c-span.org/video/?476320-1/president-trump-campaign-rally-duluth-minnesota)  pour mesurer que la réconciliation sera difficile après le 3 novembre []
  4. Pour plus de détails, voir la note de l’Ifri (Institut français des relations internationales), “Le Minnesota: comprendre les enjeux nationaux au prisme des territoires”, septembre 2020, https://www.ifri.org/en/publications/notes-de-lifri/potomac-papers/minnesota-comprendre-enjeux-nationaux-prisme-territoires []

1 réflexion sur « Duluth (Minnesota), une étape majeure pour le président-candidat Trump? »

  1. hamst321

    Par tradition, parce que les republicains occupent actuellement la presidence, leur convention se tient apres la Convention nationale democrate de 2020, qui s’est tenue du 17 au 20 aout

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.