Imaginer le futur de la métropolisation

titre de mon ouvrage

 

Le Dictionnaire critique de la mondialisation (Armand Colin 2006, 2012) -un assemblage de notices et d’essai mettant en lumière la multidimensionnalité de la mondialisation ainsi que les enjeux sociaux et politiques liés à l’imbrication de trois types de processus (mondialisation, globalisation et planétarisation) –a suggéré l’éventualité de la catastrophe.  A l’heure d’un confinement  généralisé en raison de la pandémie du Covid-19, qu’en est-il des villes et sociétés ? Faut-il reprendre le slogan de la démondialisation ? Ou plutôt imaginer une « ville métropolitaine » construite sur le principe de la « souveraineté sanitaire » ?

Imaginer le débat à venir sur le futur d’un cycle de mondialisation – -à la suite des deux premiers billets centrés sur les notices de « pandémie », « médicament », « catastrophe », « risques », « crises » et « résiliences»– exige de revenir sur les intentions de la fabrique du dictionnaire remontant au début de la décennie 2000.  Puis dans un deuxième temps, l’actualité des notices  « démondialisation » et « décroissance »  sera discutée ; dans un troisième temps la perspective du futur de la métropolisation sera discutée à partir de la construction d’une souveraineté sanitaire (au-delà de la seule « sécurité alimentaire ») dans un contexte de changement climatique.

1-Retour sur la phase de conception du dictionnaire

Le dictionnaire dont la conception remonte au début de la décennie 2000 avait pour unique ambition de mettre en lumière l’imbrication des processus de mondialisation (intensification des échanges matériels et immatériels ainsi que des flux), globalisation (métamorphose du capitalisme et sa financiarisation) et  planétarisation (prise de conscience de la fragilité de l’expérience humaine sur la planète Terre en raison du changement climatique et de la perte de la biodiversité) à partir d’une sélection de mots (anciens et nouveaux) décrivant la mondialisation.

Ce projet fut rendu possible avec l’éditeur (Armand Colin) et la complicité de cinquante chercheurs (235 notices) qui ont accepté d’analyser et de rendre compte de l’usage du mot tel qu’il est analysé dans la tradition scientifique à laquelle ils/elles appartiennent tout en s’inspirant d’un corpus francophone et anglophone.  Il n’était pas question de formaliser une théorie spatiale et territoriale de la mondialisation mais tout simplement de véhiculer et diffuser l’idée de la complexité d’un cycle de mondialisation inscrit dans la trajectoire d’une humanité en marche.  Le dictionnaire était devenu un moyen de se prémunir de toute velléité politique et idéologique d’un repli sur la nation.

Le dictionnaire a rassemblé des notices et des essais sur un mode parfois perçu comme disparate car relevant de différentes disciplines, comme la science politique, l’économie, la géographie physique et sociale, les études urbaines, la sociologie, la santé publique etc.  Mais cet effet apparent de dispersion illustrait la multidimensionnalité des processus de mondialisation, globalisation et planétarisation et souvent leurs imbrications.

Aussi au gré de la lecture, on passe des essais « géohistoire de la mondialisation » « cartes du monde », « patrimoine mondial», « restitution des objets d’art » (dimension historique et culturelle avec Christian Grataloup et Géraldine Djament)  aux notices « fonds souverains », « fonds de pension » «investissements directs à l’étranger », « agence de notation » (globalisation avec Martine Azuelos).  Puis il est question de révolution numérique (avec Catherine Distler, Henri Desbois et Eric Guichard) : « Internet », « géolocalisation » et « communautés en ligne » pour parler des réseaux sociaux.

Les essais « Forestation/déforestation » (François Michel Le Tourneau), « changement climatique »(Claude Kergomard), « flux de déchets » (Romain Garcier)  évoquent les processus de planétarisation (prise de conscience de la fragilité de l’expérience humaine sur la planète Terre) avant que ne soient évoquées les reconfigurations de la ville et de l’urbanisation (Cynthia Ghorra-Gobin) avec le souci d’une hiérarchisation à l’échelle mondiale : « métropolisation », « ville globale », « village global », etc.

Le dictionnaire n’avait aucune prétention géopolitique mais il avait paru utile d’identifier les enjeux que représentaient pour l’Europe et la mondialisation, le duo « Chineamérique » (Juliette Bourdin),  «printemps arabe » (Eberhard Kienle) ; «altermondialisme » (Martine Azuelos) ainsi que « agro-impérialisme » (Cynthia Ghorra-Gobin).

2-La notice « démondialisation » et l’essai « Décroissance » 

La notice intitulée « démondialisation » n’est présente que dans l’édition de 2012 (Cynthia Ghorra-Gobin).  Elle se justifie en raison de l’émergence d’un débat sur ce thème avec la crise financière mondiale (‘Great Recession’) de 2008. Si pour certains la démondialisation se présente comme un courant idéologique succédant en partie à l’altermondialisme, pour d’autres elle conduit à mener une politique de réindustrialisation.  Quant à l’essai sur la décroissance, il suggère de remplacer le PIB par un autre indicateur en phase avec le changement climatique.

2.1-Démondialisation dans la lignée de l’ « altermondialisme »

Le début des années 2010 (période de conception de la seconde édition) contrastait avec la décennie antérieure marquée par l’  « altermondialisme » (voir notice du dictionnaire 2006, 2012), mouvement prônant une mondialisation plus soucieuse de la protection de la planète et de l’avenir de l’humanité.  Largement médiatisé il dénonçait  les entreprises emblématiques de la mondialisation (McDonald) ainsi que les politiques des organisations internationales (FMI, Banque mondiale, OMC).  Le premier Forum social mondial (FSM) réunissant les opposants à la mondialisation libérale s’est déroulé à Porto Alegre (Brésil) en janvier 2001.

L’altermondialisme a par ailleurs donné lieu à des manifestations violentes à l’occasion de sommets internationaux, comme celui de Seattle en décembre 1999 et celui de Gênes en juillet 2001.  Il a par la suite progressivement perdu de son influence médiatique en dépit de la diffusion des travaux de Joseph Stiglitz (La grande désillusion) et de René Passet (L’illusion néolibérale).  Mais la crise financière de 2008 se présenta comme un moment opportun pour cristalliser les discours d’opposition à la mondialisation.

2.2-Démondialisation vers une politique de réindustrialisation

En Europe, les critiques de la mondialisation dénonçaient régulièrement les politiques des entreprises en faveur de délocalisations et du développement de la sous-traitance qui avaient entraîné des dynamiques de désindustrialisation des pays riches et industrialisés au profit de nations émergentes.

Avec la crise financière de 2008, le discours en faveur de la démondialisation  s’est construit sur trois principes : (1) l’abolition du libre-échange ;  (2) la relocalisation de l’industrie dans les pays anciennement industrialisés et (3) la perspective d’un retour à une économie locale.  L’abolition du libre-échange était perçue comme un sérieux avantage par les écologistes dans la mesure où le repli sur le national se traduirait par une réduction des émissions de CO² et  éviterait l’épuisement des ressources naturelles (dont les ressources fossiles).  Avec la démondialisation le développement durable devenait une alternative raisonnable (Bertrand Zuindeau, 2012).

Les critiques de la mondialisation se sont également insurgés contre la globalisation financière et ont plaidé pour une réforme du système monétaire jugé instable et injuste depuis la remise en cause des accords de Bretton Woods par le président Nixon en 1971.  Cette décision a en effet entraîné l’instauration d’un régime de changes flottants entre les monnaies.  Les tenants de la démondialisation proposent alors une lutte coordonnée à l’échelle mondiale contre les paradis fiscaux et une remise en cause du pouvoir des « agences de notation ».

En France dès 2011, deux ouvrages sont publiés sur la thématique de la démondialisation à l’initiative d’un économiste, Jacques Sapir, et d’un politique Arnaud Montebourg.  Ce dernier en fait le slogan de sa campagne lors des primaires du parti socialiste en vue de l’élection présidentielle.  Il ne tarde pas à se rallier au candidat François Hollande et lors de son intégration dans le gouvernement Hollande, il décide de mener une action en faveur de la réindustrialisation.

Sapir indique s’inspirer du philosophe Walden Bello, une figure du mouvement altermondialiste quand il dénonce le « mythe » du libre-échange.  La mondialisation ne serait qu’une « manœuvre des puissances dominantes exerçant leur force pour ouvrir les marchés internationaux à leurs produits et modifier les termes de l’échange ».  Bello insiste plus que d’autres intellectuels sur l’impératif d’une régionalisation du monde.

Les deux ouvrages cités sur la démondialisation n’ont toutefois pas entraîné de nouvelles publications, en dehors peut-être du numéro HS d’Alternatives économiques #101 du 4/2014).   Est-ce parce que ce thème a été identifié à un sursaut réactionnaire ?  Ou perçue comme une perspective trop facile face à la complexité des processus de mondialisation et de globalisation et leurs imbrications ?

2.3-Un sursaut réactionnaire ? Une vision jugée trop simpliste ?

La démondialisation est perçue comme un positionnement ‘réactionnaire’ dans la mesure où ce dernier participe étroitement de l’idéologie de la préférence nationale ancrée dans certains partis en Europe et dans le monde.  Plus récemment la victoire du président Trump aux Etats-Unis (America first), celle de Bolsonaro au Brésil et de quelques-autres en Europe ont bien illustré ce mouvement.   La démondialisation est également un moyen de réduire les populations issues de l’immigration au simple statut de minorités discriminées, en raison de leurs appartenances sociales, ethniques ou religieuses et de leurs liens avec d’autres pays.  Ce qui représenterait un risque pour l’ordre civique.

Le discours sur la démondialisation s’est avéré peu pertinent pour les tenants de la mondialisation dans la mesure où il n’intègre pas vraiment la complexité des chaînes de fabrication qui  font que nos objets courants (iPhone ou smart phone) ne sont pas produits dans un seul pays.  La plupart d’entre eux  résultent de l’assemblage de composants fabriqués dans différents pays.

Parmi les détracteurs de la démondialisation, notons la critique acerbe de Pascal Lamy, directeur de l’OMC au moment de la publication du dictionnaire.  Il reconnait certes les turbulences liées à la globalisation mais il estime qu’avec la révolution numérique les échanges s’inscrivent désormais dans l’ADN des sociétés.  Ce point de vue est confirmé par les sciences sociales qui font le constat du statut de « ressources fondamentales » que représenteraient les données échangées par les individus au profit des entreprises du numérique et qu’il revient à la société civile de s’organiser pour s’assurer d’un usage éthique.

Face à la pandémie du Covid-19 l’option démondialisation perçue comme un repli sur le national ne paraît pas satisfaisante en dépit d’un début de réflexion sur l’intérêt du niveau local pour repenser l’économie.  Le point de vue des chercheurs en sciences sociales en faveur d’un débat scientifique et politique sur l’hypothèse de la « décroissance » s’avère à l’ordre du jour avec la pandémie du Covid-19.

2.4- « Décroissance »: une hypothèse en quête d’un débat scientifique

Nos sociétés vivent depuis longtemps avec une croyance partagée de tous : l’absolue nécessité de la croissance comme condition préalable à tout progrès social. C’est à partir de ce « mythe de la croissance » que Jean Gadrey commence son essai en précisant d’emblée qu’il ne s’agit pas vraiment d’un débat inhérent à la mondialisation, globalisation et planétarisation mais qu’il aurait été réactivé, suite à la crise financière de 2008 et à la progressive prise de conscience de l’impact du changement climatique sur les sociétés.  Il précise dès l’introduction que son analyse se limite pour le moment aux expériences de pays riches.

Afin d’éviter toute polémique idéologique, l’auteur commence à faire un examen critique des indicateurs de la croissance avant de formuler l’impératif d’un débat scientifique sur la « prospérité sans croissance ».  Cette thématique participe des travaux de Serge Latouche, Eloi Laurent, Dominique Meda et Joseph Stiglitz pour ne nommer que quelques-uns

2.5-Critique des indicateurs de croissance au profit d’une « prospérité sans croissance »

L’auteur rappelle combien la plupart des facteurs de bien-être (santé), de développement et de prise en compte de la finitude de l’environnement naturel ne figurent pas dans la mesure du PIB, base de calcul de la croissance économique.

Celle-ci ne serait que la mesure de la progression du PIB, déduction faite de l’inflation.  Tout ce qui peut se produire et se vendre est pris en compte indépendamment du fait que cela ajoute ou non au bien-être individuel et collectif et à la sauvegarde de l’environnement naturel.  La destruction de forêts tropicales pour y planter du soja transgénique est ainsi jugée bonne pour le PIB national et mondial. 

Jean Gadrey note que de nombreuses activités et ressources qui contribuent au bien-être ne sont pas comptées, comme le bénévolat, le travail domestique, le gain de temps libre, etc. La mesure du PIB serait en outre indifférente à la répartition des richesses comptabilisées, aux inégalités sociales, à la pauvreté, à la sécurité économique qui peuvent être considérées comme des dimensions du bien-être (y compris le bien-être sanitaire, comme nous pourrions dire avec le Covid-19.

Mais comme le précise la conclusion de l’essai, les hypothèses en faveur de la « prospérité sans croissance » ne bénéficient pas d’un socle scientifique aussi reconnu que celui qui résulte de décennies de modèles économiques de croissance.  Ces modèles ont pourtant contre eux le fait d’avoir été pris en défaut par les crises et surtout l’absence de prise en compte des limites des ressources naturelles et du changement climatique.

Le propos sur la « prospérité sans croissance » présente l’intérêt de revendiquer l’instauration d’un débat scientifique, ce que ne réclame pas un discours sur la démondialisation ancré dans l’idéologie.  De nombreux observateurs reconnaissent combien la pandémie a révélé la fragilité de nos modes de vie.  Si avec la mondialisation les modes de développement ont reposé sur l’accroissement de la mobilité des personnes, du capital et des marchandises, il devient opportun de réinterroger le principe de la mobilité en lien avec la révolution numérique.

3-La pandémie du Covid-19 révèle la vulnérabilité des sociétés

 Si  la pandémie de 2020 s’explique en raison de la perte de la biodiversité et du changement climatique – -hypothèses participant du débat scientifique actuel–, elle se présente également comme le révélateur de la « vulnérabilité des sociétés mondialisées ».

3.1-Une société globalisée rendue plus « vulnérable » depuis 2001

Reconnaître que la mondialisation et la globalisation rendent les sociétés plus vulnérables représente un choc pour tous ceux qui avaient inscrit la mondialisation dans le projet de la modernité, source de conditions de vie meilleure et d’une plus grande sécurité, comme l’indique Magali Reghezza-Zitt, l’auteur de l’essai.

Il y a eu certes eu le séisme de Kobé, le tsumani d’Asie du Sud-Est, l’ouragan Katrina…sans compter les pannes d’électricité, la paralysie du trafic aérien par les cendres d’un volcan, etc. Mais ce sont toutefois les attentats du 11 septembre 2001 qui marquent un changement radical dans la perception du danger en raison de sa médiatisation et sa diffusion sur le mode instantané à l’échelle mondiale.  Pour l’auteur on est passé de la « société du risque » à la « société vulnérable globalisée ».  Les sociétés seraient conscientes de leur fragilité face au terrorisme, au changement climatique, à l’épuisement des ressources et à la pandémie.

L’essai rappelle combien l’interconnexion croissante des territoires et la dépendance des individus aux réseaux entraînent une vulnérabilité inédite.  La mondialisation ayant favorisé la complexification des systèmes interconnectés (infrastructures matérielles et interrelations entre acteurs). D’où la question : comment assurer la gestion de ces vulnérabilités identifiées aux échelles mondiale, nationale et locale sans oublier l’Europe ?

La gestion des vulnérabilités doit être pensée à l’échelle mondiale (OMS pour la pandémie) tout en exigeant l’intervention des acteurs du niveau local et national voire européen.

3.2-La gestion des vulnérabilités sous l’angle de la souveraineté

La notice « souveraineté » (Christopher W. Morris) s’avère utile pour réfléchir à l’interprétation que l’on peut donner à la gestion des vulnérabilités face à la catastrophe sanitaire.  Elle commence par expliquer combien mondialisation et globalisation posent un défi au principe de la souveraineté,  telle qu’elle a été explicitée dans les écrits de Jean Bodin et de Thomas Hobbes aux siècles précédents.

L’auteur constate que les Etats (y compris les Etats-Unis) ne contrôleraient plus vraiment leurs économies et que leur pouvoir sur les citoyens aurait diminué à cause de l’accroissement des libertés, de la mobilité des biens et des personnes, de l’émergence d’une citoyenneté plurielle et du combat pour la défense des Droits de l’homme.  Son analyse converge avec celle de Bertrand Badie qui dès 1995 faisait le constat de la fin des territoires et de la perte de la souveraineté de l’État.

Les défis à la souveraineté relèveraient aussi du droit international, de l’extraterritorialité de certaines lois nationales (comme la loi américaine concernant la gestion des entreprises) ainsi que d’institutions comme la Communauté européenne ou l’OMC.  A cette série de défis, s’ajoute le droit à l’ingérence pour sauver des populations menacées de famine (sécurité alimentaire) ou des sociétés vivant sous une dictature.

Mais comment reconquérir cette souveraineté ?  On peut certes penser à un nouveau modèle économique adapté au changement climatique mais on peut également imaginer reconquérir la souveraineté sanitaire, comme  l’indiquait le président Macron lors de l’une de ses interventions au cours de la période de confinement (Mars/Avril 2020).  Ce principe devrait permettre de structurer les prochains débats sur la fabrication et l’approvisionnement de médicaments,  vaccins et matériel médical au même titre que l’amélioration de l’offre hospitalière par la revalorisation du personnel médical et soignant.

4-La « ville métropolitaine » au prisme de la souveraineté sanitaire

Les deux billets du carnet de recherche Skyscraper sur la pandémie du Covid-19 avaient opté pour une démarche réflexive centrée sur les notices du  Dictionnaire critique de la mondialisation ayant suggéré l’éventualité de la catastrophe comme un phénomène inhérent à la mondialisation.  Il  revenait dans ce billet de s’interroger sur le sens à donner à la réflexion sur l’action publique territoriale dans le contexte de la mondialisation et de la métropolisation.

La mondialisation représente une cause de vulnérabilités nouvelles.  Certes l’humanité présente une certaine forme de résistance sans précédent face aux menaces anciennes mais dans le même temps elle s’avère fragile.  Cette fragilité nouvelle résulte de l’interconnexion des réseaux, de la mobilité des biens et des personnes et d’un environnement caractérisé par le changement climatique.

A présent et compte tenu de l’expérience acquise au travers du confinement et de la communication à distance (y compris pour les médecins et leurs patients), la thématique de la mobilité sera revisitée. Des écologistes, des économistes et des chercheurs en sciences sociales proposent de revoir le modèle économique ancré jusqu’ici sur le principe de la croissance  – -PIB– et sur la puissance inégalée des actionnaires.  Un calcul du PIB prenant en compte l’ « empreinte écologique » des sociétés.  Et comme l’a dit le président Macron, il faudra intégrer le principe de la « souveraineté sanitaire ».

La perspective d’une politique ancrée dans la communication à distance (plutôt que la mobilité), dans un modèle économique intégrant l’empreinte carbone et associant la quête de la souveraineté sanitaire permettrait de faire face aux risques liés au changement climatique.  Elle se traduirait par l’élaboration de circuits courts dans plusieurs secteurs de l’économie, dont l’agriculture.  Mais à quelle échelle faut-il imaginer et mettre en œuvre une politique de communication à distance, un modèle économique plus ancré dans les circuits courts et une souveraineté sanitaire ?  Si le principe de la souveraineté sanitaire s’avère pertinente au niveau national et au niveau européen, que dire du niveau métropolitain ?

La « ville métropolitaine » – – expression choisie dans une récente publication (Métropolitiques, 2019) pour différencier l’expérience institutionnelle de la métropole en France de l’image des métropoles dans d’autres parties du monde– représenterait l’échelle pertinente pour renouveler l’action publique.  C’est du moins l’hypothèse que nous privilégions.  Il s’agit de penser la « ville métropolitaine » à partir d’un principe de circuits dit courts de l’économie ne se limitant pas au seul périmètre institutionnel pour englober les territoires adjacents et environnants qu’ils soient ruraux ou périurbains.  C’est à cette échelle qu’un principe d’autofinancement permettrait d’envisager une réponse à la souveraineté sanitaire et à définir la relation avec l’Agence régionale de la Santé.

Ghorra-Gobin, Cynthia, Azuelos, Martine."Duluth (Minnesota): une étape majeure pour le président-candidat Trump?", Skyscraper,[URL]http://skscraper.hypotheses.org.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.