La pandémie du Covid-19: un risque inhérent à la mondialisation (1) ?

 

Dans un contexte (national, européen et mondial) fortement marqué par la crise sanitaire du Covid-19, ce billet revient sur une notice développée dans les deux éditions du Dictionnaire critique de la mondialisation (Armand Colin, 2006 et 2012), «  pandémie » perçue comme un    « risque » inhérent aux processus de mondialisation. Comment poursuivre la réflexion sur cette problématique et contribuer au débat critique sur la « démondialisation »?


1-La première édition :
« pandémie » et « médicament »

Dans la phase de conception (2002-2006) d’un dictionnaire dont les notices et les essais ont pour objectif de mettre en scène la multidimentionnalité des processus de mondialisation –en évitant autant que possible la réflexion en silos, c’est-à-dire inscrite dans une seule discipline–, l’idée d’inclure la « pandémie » (Jean de Kervasdoué) s’est imposée au même titre que celle du     « médicament » (Alain Bernheim).

La « pandémie » était perçue comme le risque inévitable de l’intensification des échanges relatifs aux individus se déplaçant (notamment en avion) ainsi qu’aux produits et marchandises acheminés par containers et avions. Quant à la notice « médicament », elle permettait d’appréhender les contradictions entre la recherche scientifique menée par les laboratoires pharmaceutiques et l’intérêt premier des actionnaires soucieux de rentabiliser leurs investissements.

Utile de rappeler que le début du XXIème siècle avait été quelque peu influencé par la publication de deux ouvrages, Agir dans un monde incertain (Yannick Barthe, Michel Callon et Pierre Lascoumes, 2001) et La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité (Ulrich Beck, 2001) Il devenait évident pour chercheurs en sciences sociales que nous ne vivions plus dans un monde de certitudes encadrées par l’État-nation et que par conséquence nous pouvions partager un sentiment de « vulnérabilité ». Si les systèmes économiques (financiers), sociaux et environnementaux s’imbriquaient avec l’intensification des réseaux transnationaux, le principe de sociétés nationales ne pouvait que se fragiliser.

Aussi dès la première édition du dictionnaire paru en 2006 et intitulé Dictionnaire des mondialisations – -pour signifier une certaine forme de continuité historique avec les précédents cycles de mondialisation –, le principe de l’incertitude était présent mais peut-être pas assez explicité. Ce fut lors de la conception d’une nouvelle édition du dictionnaire intitulée Dictionnaire critique de la mondialisation – -structurée autour de trois axes et rassemblant l’analyse de cinquante chercheurs appartenant à différentes disciplines- – que l’idée de vulnérabilité fut intégrée. Elle s’accompagna de l’introduction de nouvelles notices comme « catastrophe », « décroissance », « démondialisation », « risque », « résilience » et « vulnérabilité ».

2-La seconde édition : « catastrophe », « risque » et « résilience »

L’édition de 2012  s’enrichit de nouvelles notices structurées autour de trois axes : -la mondialisation – la globalisation – et la planétarisation. Le premier axe fait référence au principe de la connectivité et de la circulation (les échanges matériels et immatériels). La globalisation insiste sur la métamorphose du capitalisme et sa financiarisation. Et la planétarisation renvoie au sentiment d’une prise de conscience mondiale de la fragilité de l’expérience humaine sur la planète Terre.  Dans ses conférences au Collège e France, Alain Supiot indique l’impératif d’une distinction entre mondialisation et globalisation.

Si la mise à jour des notices initialement parues dans la première édition du dictionnaire et centrés sur la mondialisation et la globalisation, un troisième axe a été ajouté dans la seconde édition du dictionnaire.  Il s’agit de « planétarisation » qui se traduit par l’introduction de nouvelles notices:  « catastrophe » (Magali Reghezza-Zitt, MRZ), « crise » (Martine Azuelos, MA) « décroissance » (MA) , « démondialisation » (Cynthia Ghorra-Gobin), « risque » (MRZ), « résilience » (MRZ), « sécurité alimentaire » (Nicolas Bricas), « souveraineté » (Christopher W. Morris), « vulnérabilités » (MRZ) ainsi qu’un essai intitulé « Droits de l’homme associés à une charte des devoirs écologiques » (Bernard Loing).

Mais si la référence à la catastrophe ou à la vulnérabilité n’est pas devenu un leit-motiv majeur du dictionnaire, comment comprendre dans un contexte de crise sanitaire du coronavirus les trois notices que sont « pandémie », « médicament » –notices présentes dans les deux éditions–, et « catastrophe » ?
Ce premier billet intitulé « Le Covid-19 : un risque inhérent à la mondialisation ? » sera suivi d’un deuxième billet centré sur les notices de « crise » , « résilience » et « risques » (naturels). Un troisième billet discutera des « vulnérabilités » et du sens à donner à la perspective de « souveraineté sanitaire » dans le cadre d’un débat critique sur la démondialisation.

3-Pandémie (notice présente dans les deux éditions)

La notice commence par une définition simple : « se dit d’une maladie épidémique qui se propage au-delà du territoire qui l’a vu naître». On ajouterait à l’heure du Covid-19 que la pandémie est étendue à toute la population d’un continent, voire du monde entier. (Pour une généalogie du terme consulter l’excellent article du médecin Marc Gozlan dans le Monde du 17/03/2020). Elle se présente comme « un risque majeur à l’heure de la mondialisation et de l’intensification de la circulation personnes».

La pandémie s’inscrit dans l’histoire de l’humanité : utile de rappeler l’arrivée des Européens dans le Nouveau Monde face à des Indiens non immunisés (Découverte du Nouveau Monde au XVème siècle) ou encore la grippe espagnole à la fin de la première guerre mondiale (50 millions de décès). Toute pandémie compte au moins deux acteurs : « l’hôte » et « l’agent pathogène » qui est le plus souvent un virus (mais pas toujours). Elle implique la circulation de l’agent pathogène d’une communauté à une autre.

La notice évoque ensuite la grippe aviaire (H5N1) qui sévit chez les oiseaux et les oiseaux d’élevage (volailles, oies…). Elle serait apparue en 1997 en Asie et aurait régulièrement réapparu dans plusieurs pays du continent asiatique fin 2003 parallèlement au commerce des volailles. A cette date, les scientifiques s’interrogeaient sur sa possible mutation pour devenir un virus « humain ». D’où poursuit l’auteur l’intérêt de la recherche pour le vaccin.

Jean de Kervasdoué parle de la pandémie au travers de l’institution des Nations unies, l’OMS (organisation mondiale de la santé) et soulève quelques enjeux politiques. Il précise que si la « diffusion des épidémies est désormais mondialisée, elle n’entraîne pas pour autant celle des traitements potentiels ». D’où le problème de l’accès aux médicaments, notamment dans les pays dépourvus de capacités de productions pharmaceutiques et dans un contexte géopolitique caractérisé par une rivalité entre les firmes pharmaceutiques.

L’auteur fait référence aux travaux de Paul Framer (médecin et anthropologue) qui dirige le département de Global Health & Social Medicine à l’école médicale de Harvard et qui avait donné une leçon inaugurale en novembre 2001 au Collège de France sur l’articulation entre inégalités sociales et répartition spatiale des maladies à l’échelle mondiale. Il cite également les études du professeur Martin McKee à la London School of Hygiene and Tropical Medicine et directeur de l’Observatoire européen des systèmes de santé qui avec d’autres plaide pour un système de santé publique ainsi que pour une veille sanitaire de manière à prévenir tout risque de pandémie.

La conclusion de la notice insiste sur l’impératif d’une prise en compte sérieuse des risques de pandémie par les États et d’une volonté de coopération internationale associée à une certaine forme de solidarité. L’enjeu réside dans « cet équilibre entre un massif investissement dans la recherche médicale (vaccin) tout en continuant à satisfaire les actionnaires ». Des fondations comme celle de Bill et Melinda Gates a versé, en 2005, 1 milliard de dollars à la Global Alliance for Vaccines and Immunization pour la recherche sur les maladies infectieuses.

Après avoir signalé les risques accrus liés à la mondialisation, la notice met l’accent sur ce sérieux dilemme des autorités publiques entre l’impératif d’investissements massifs pour la recherche scientifique et la quête du profit financier (globalisation), un point de vue qui converge avec celle de la notice « médicament ».

4-Médicament (notice présente dans les deux éditions)

Le Dr. Alain Bernheïm commence par rappeler le rôle de la recherche fondamentale et de la recherche appliquée dans la fabrique du médicament qui assure la santé des êtres humains. Il cite les figures de Claude Bernard et de Louis Pasteur qui, avec d’autres, ont assuré le progrès social de l’humanité. Pour l’auteur, la recherche médicale aurait toujours été mondialisée dans la mesure où ses résultats sont diffusés dans des revues scientifiques et à l’occasion de rencontres internationales.

Mais, précise, l’auteur le cycle actuel de mondialisation associé à la globalisation (financiarisation de l’économie) présente de sérieux enjeux pour la fabrique du médicament. Les sociétés pharmaceutiques avaient jusqu’ici pour ambition d’améliorer la santé et de guérir des maladies et « accessoirement de réaliser des bénéfices sur les médicaments produits pour financer de nouvelles recherches ». Elles ont permis la généralisation de médicaments très efficaces comme les antibiotiques, les antidépresseurs et les chimiothérapies cancéreuses.

Mais à présent, les laboratoires font face à une concurrence mondiale, au prix colossal des essais cliniques (dû à une réglementation tatillonne), aux responsabilités financières et à la nécessite d’une forte rentabilité pour les actionnaires. Aussi ils ont adopté une logique de marché au niveau mondial : le développement de nouvelles molécules n’est entrepris que si un marché d’au moins un milliard de dollars annuel est prévisible.

L’auteur conclut son analyse en soulignant combien le modèle du laboratoire pharmaceutique perçu comme le « bienfaiteur de l’humanité » se serait brisé à l’épreuve de l’épidémie du sida. Des millions de morts de personnes sont mortes dans les pays pauvres parce qu’elles étaient incapables de faire face au coût du traitement.

Les analyses menées dans les deux notices « pandémie » et « médicament » s’avèrent complémentaire et font preuve de cohérence : elles conduisent à un questionnement éthique face à l’impératif de la rentabilité inhérente à la globalisation. La première met en évidence les risques liés à la phase de mondialisation et de globalisation des sociétés contemporaines et s’interroge sur le dilemme posé aux responsables politiques entre l’investissement public et le profit des laboratoires pharmaceutiques. La seconde insiste sur le principe de la mondialisation de la recherche fondamentale et appliquée tout en signalant combien le principe du profit peut l’emporter sur la généralisation des traitements.

5-Catastrophe (nouvelle notice de la seconde édition)

L’auteur définit la catastrophe comme « la conséquence d’un risque » et signale combien elle marque le début du XXIème siècle : les attentats du 11 septembre 2001 à New York, séisme et tsunami en Asie en 2004, ouragan Katrina à la Nouvelle Orléans en 2005, séisme à Haïti en 2010, séisme au Japon suivi d’un tsunami dévastateur pour la région de Sendai et la catastrophe nucléaire de Fukushima en mars 2011. A cette série on peut ajouter la tuerie de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 à Paris, les attentats du Bataclan le 13 Novembre 2015 à Paris et ceux du 27 Novembre 2015 à Strasbourg ainsi que la pandémie du Covid-19 en 2020.

Magali Reghezza-Zitt indique toutefois que si la majorité des catastrophes sont dites naturelles, elles ont toutes été médiatisées à l’échelle planétaire. Elle en déduit que les médias auraient réussi à diffuser la fin du sentiment d’invulnérabilité dans nos sociétés contemporaines.

L’auteur insiste notamment sur l’avènement de catastrophes d’un genre inédit qui font intervenir des chaînes de risques qui s’imbriquent et interagissent. Aussi les catastrophes du XXIème siècle s’analysent comme la combinaison de deux catastrophes : -une catastrophe tragiquement classique débouchant sur une crise humanitaire et des dégâts matériels -et une catastrophe pour laquelle les conséquences en chaîne provoque des dommages de nature très variée à des échelles multiples, sur des territoires éloignés du point d’impact initial.

La catastrophe est susceptible d’être corrélée au degré d’insertion du territoire, de la société et des individus, dans la mondialisation. Ce que la crise sanitaire du Covid-19 illustre parfaitement puisqu’après la Chine, l’Europe et les Etats-Unis représentent au mois de mars 2020 le foyer principal. Mais que peut-on en déduire pour la gestion de la catastrophe ?

MRZ conclut que dans un univers caractérisé par des interrelations croissantes des hommes et des sociétés, par la mise en réseau des lieux et des territoires, par la complexité de systèmes techniques, la gestion de la catastrophe comme celle du risque devient une gestion de l’incertitude. Quand une menace se réalise parce qu’on ne peut pas l’empêcher, elle conduit à une crise qui peut à terme se transformer en bienfait, à condition d’en tirer les leçons. D’où l’idée que l’on peut prévenir les risques et réduire les menaces mais que l’on peut aussi agir pendant la crise pour faire en sorte que celle-ci ne devienne pas une catastrophe.

Pour l’auteur, la crise devient un maillon clé de la gestion dans une société qui accepte sa vulnérabilité sans céder au fatalisme et sans pour autant faire basculer toute l’idéologie du progrès.

6-Que nous apprend le Dictionnaire pour comprendre la crise sanitaire du Covid-19?

Les notices « pandémie » et « médicament » introduisent la thématique de la santé publique et de sa fragilité à l’heure de la connexion entre sociétés nationales ainsi que des risques liés à la circulation des virus. Celle de la            « catastrophe » souligne l’idée de fragilité et de vulnérabilité. Elle va jusqu’à proposer le principe d’une gestion de l’incertitude de manière à éviter la catastrophe. En France, l’État a pris la mesure de l’incertitude liée à la crise sanitaire du Covid-19 et des directives nationales sont prises au fur et à mesure de son déroulement sur avis d’un comité scientifique.

Les trois notices du Dictionnaire critique de la mondialisation présentées dans ce premier billet n’offrent pas un éclairage novateur sur la politique de l’anticipation d’une crise sanitaire. Elles interrogent plutôt le/la lecteur.trice sur le sens à donner aux processus de mondialisation et au débat critique sur la perspective d’une « souveraineté sanitaire » et d’une possible « démondialisation ».

Rappelons que la réflexion sur le Covid-19 en tant que phénomène inédit se poursuit dans un deuxième billet centré sur les notices de « crise », « résilience » et « risques » et que le troisième billet discutera des « vulnérabilités » et des processus de mondialisation tout en contribuant au débat critique sur la « démondialisation ».

Ghorra-Gobin, Cynthia. "Transition métropolitaine et planétarisation (1)". Skyscraper [en ligne] 21 Mai 2020. URL: https://skyscraper.hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.