Mondialisation et inégalités: la pertinence du niveau local

JÉCO Les journées de l'économie

Lyon 5-7 novembre 2019

L’intervention dans le cadre de la table-ronde sur « mondialisation et inégalités » (Lyon, 6 novembre 2019) est centrée sur la pertinence d’une perspective donnant à voir la spatialisation des inégalités et l’intérêt d’une action publique s’affirmant au niveau local c’est-à-dire métropolitain.

La question des inégalités est centrale dans les débats sur la mondialisation (M), la globalisation (G) et la planétarisation (P) qui représentent les trois faces de la mondialisation.

La M fait référence à l’intensification des flux et des échanges matériels et immatériels, la globalisation à la métamorphose du capitalisme, sa financiarisation au profit des actionnaires des entreprises et au détriment des travailleurs (ce que certains appellent le régime néolibéral) et la planétarisation la prise de conscience de la fragilité de l’expérience humaine sur la planète Terre compte tenu du changement climatique. Le Dictionnaire critique de la mondialisation (2006, 2012) est structuré autour de ces trois dimensions.

La notion d’inégalités peut se décliner dans les trois dimensions de la mondialisation et il serait probablement intéressant d’y étudier les interférences des inégalités situées dans ces trois sphères mais à présent il est moins question d’interférence que de la spatialisation de la mondialisation et des inégalités et de la prise en compte explicite du niveau local sous sa forme urbaine et métropolitaine.

En tant que géographe sensible au multiscalaire c’est-à-dire aux différents niveaux de l’organisation territoriale des sociétés, j’aborderai la thématique des inégalités en mettant l’accent sur l’imbrication entre les trois niveaux que représentent le mondial, le national et le local.

La légitimité sociale et politique du niveau local s’affirme à la suite de Robert Robertson (1992) qui a inventé le terme « glocal » pour évoquer l’interférence entre le global, le mondial et le local. Le glocal se présente comme un défi pour tous ceux qui ont coutume de parler d’ « emboîtement des échelles », le local relevant exclusivement du niveau national.

Je reviendrai rapidement sur la déclinaison mondial-national avant d’insister sur la problématique de la spatialisation de la mondialisation et des inégalités et plus particulièrement sur les risques liés à la concentration spatiale de la pauvreté. La conclusion discute la pertinence pour la recherche comme pour l’action publique d’assurer la pertinence du niveau métropolitain pour la prise en compte des inégalités spatiales.

I.Le mondial et le national

A la suite des travaux des économistes et notamment de François Bourguignon (2012) avec la publication de la Mondialisation de l’inégalité, les chercheurs ont noté que si l’inégalité des niveaux de vie entre pays a diminué avec la mondialisation – – alors que l’industrialisation au 19ème siècle avait entraîné de sérieux écarts entre les pays du Nord et du Sud – -, la globalisation était responsable de l’augmentation des inégalités infranationales. Ce constat se lit un peu partout dans le monde mais principalement dans les anciens pays industrialisés. Pour Thomas Piketty et d’autres, les Etats-Unis représentent la figure emblématique de ce creusement des inégalités à l’échelle nationale.

Mais le nombre de pauvres a baissé au cours de cette même période : François Bourguignon indique qu’entre 1990 et 2010, le nombre de pauvres a baissé de 500 millions au niveau mondial. Ce constat fait représente un « retournement spectaculaire » depuis la révolution industrielle: le progrès économique domine désormais la croissance démographique. On est en mesure de déduire que le monde en développement est entré dans un processus soutenu de rattrapage des pays riches grâce aux transferts technologiques et à l’internationalisation de la production industrielle.

D’où la pertinence de la question :
L’inégalité entre pays sera-t-elle remplacée par l’accroissement des inégalités infranationales ? Les économistes plaident alors en faveur d’une concertation internationale en matière de politiques redistributives et de lutte contre les inégalités. Ils privilégient l’hypothèse d’une mondialisation de la redistribution.

Mais si l’on opte pour une autre perspective et qu’on étudie inégalités et mondialisation à partir du prisme de la « spatialisation » l’image ou la perspective est un peu différente.

II- La spatialisation

En évoquant la spatialisation de la mondialisation et des inégalités, on note que :
1) les pauvres ne sont pas exclus des processus de mondialisation. Ce qui a priori est un point positif
2) le contraste dans les villes entre les ghettos de riches et les ghettos de pauvres. Ce qui représente un risque pour le « vivre ensemble ».

Dans l’ouvrage Planet of slums, Mike Davis (2007) dont l’analyse reprend les données des Nations unies, les bidonvilles et quartiers informels représenteraient un poids démographique non négligeable au niveau mondial.

Certains économistes s’intéressent à la concentration de la richesse et ils se demandent si elle représente un atout ou un obstacle pour la croissance. Des chercheurs en sciences sociales s’interrogent sur l’influence des riches sur la vie politique c’est-à-dire la proximité des premiers sur les élus. En d’autres termes la concentration de la richesse mettrait-elle en péril la démocratie ?

2.1- spatialisation de la mondialisation et des inégalités

Ce qu’il faut retenir en premier c’est que la mondialisation ne concerne pas uniquement les classes riches et aisées mais elle concerne aussi les pauvres. En d’autres termes les pauvres ne sont pas exclus de la mondialisation mais ils font l’expérience de la mondialisation dans des « espaces en marge des espaces où se joue l’accumulation du capital ».

C’est ce qu’écrivent les chercheurs Armelle Choplin et Olivier Pliez (2018) qui dans leur ouvrage La mondialisation des pauvres précisent combien notre attention ne devrait pas se limiter aux villes globales, aux hauts lieux de la financiarisation du capitalisme ou encore de la révolution numérique comme la Silicon Valley pour parler de la mondialisation. Ils proposent de s’intéresser à d’autres espaces urbains où circulent et se rencontrent les pauvres. Ils parlent des quartiers de Belsunce à Marseille, du souk Dubaï à El Oued dans le sud de la Tunisie, ou du quartier Zongo à Cotonou (Bénin). Marseille et le Caire sont connectés à Yiwu en Chine localisé à deux heures de train au sud de Shanghai.

2.2- les risques liés à la concentration spatiale de la pauvreté

Quand on étudie la spatialisation de la pauvreté on comprend mieux combien la concentration spatiale de la pauvreté pose problème depuis qu’il a été démontré que tout individu qui vit dans un quartier où la majorité de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté a peu de chances de sortir de la sphère de la pauvreté. La spatialisation de la pauvreté soulève alors le débat de la reproduction des inégalités. Pour éviter la concentration spatiale de la pauvreté on comprend l’intérêt du principe de localisation pour assurer une politique en faveur de la construction de logements sociaux (affordable housing).

Aux Etats-Unis, les habitants des municipalités suburbaines savent s’organiser pour exclure la construction de logements sociaux soit des immeubles en proclamant la défense du modèle de la maison individuelle. En France une loi exige des municipalités qui sont incluses dans des intercommunalités de disposer d’au moins 20% de logements sociaux mais il est vrai les pénalités ne sont pas très élevées.

Aux Etats-Unis la concentration spatiale de la pauvreté est dénoncée par les sociologues Douglas Massey et Paul Jargowsky qui insistent sur la reproduction des inégalités et des discriminations. En France, le philosophe Olivier Mongin qui – -après avoir dirigé la revue Esprit anime la revue Tous urbains– – insiste pour dire combien la concentration spatiale de la pauvreté peut aisément entraîner un déficit démocratique sur le moyen terme. D’autres chercheurs parlent d’une perte du lien social et du vivre ensemble.

Outre la reproduction des inégalités, la concentration spatiale de la pauvreté présente le sérieux inconvénient de faciliter l’ancrage et la circulation des idéologies populistes, communautaristes et nationalistes.

D’où l’intérêt de penser des politiques sociales centrées sur la valorisation du capital social, capital culturel et capital spatial des personnes habitant dans les quartiers pauvres. Ce qui revient à identifier le niveau pertinent pour mener ces programmes.

Conclusion: La pertinence du niveau local

A l’heure où le niveau global interfère non seulement avec le national mais aussi avec le niveau local, une mondialisation des politiques redistributives est souhaitable. Mais il convient également de privilégier l’hypothèse d’une politique de lutte contre les inégalités spatiales à l’échelle de l’agglomération, c’est-à-dire au niveau métropolitain où se joue notamment le principe de la péréquation fiscale.

On appelle métropole l’entité urbaine qui rassemble sur un vaste territoire plusieurs municipalités et qui par sa politique économique se donne pour objectif l’insertion dans la mondialisation. La circulation des capitaux et des classes créatives se traduisant par une concurrence, une rivalité interurbaine à l’échelle nationale et mondiale. Il ne s’agit pas d’une métropole repliée sur elle-même mais d’une métropole susceptible d’inclure dans sa politique d’aménagement et sa politique sociale les territoires adjacents.

Les échanges à la suite des différentes interventions lors du colloque Jéco ont permis d’affirmer la pertinence d’une politique sociale au niveau de la métropole afin de lutter contre les inégalités spatiales et les risques liés à la concentration de la pauvreté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.