Un monde globalisé suscite de nouvelles représentations de villes: Quels sont les enjeux ?

Université d’Eté CFDU

 

L’intervention se situe dans le prolongement des conférences et des échanges qui se sont déroulés à l’Université d’été de la CFDU (29-31 Août 2018) et qui ont évoqué les notions de mutations sociétales et de l’impératif du multiscalaire (prise en compte simultanée de plusieurs niveaux territoriaux). Elle aborde les thématiques de la  « reterritorialisation » de l’État et de ses enjeux, de l’émergence de la « ville métropolitaine » ainsi que son attractivité (parallèlement aux métropoles Superstars) pour les emplois liés à l’économie de la connaissance.

 

Qu’est-ce qu’une « ville métropolitaine » ?

Que faut-il entendre par « reterritorialisation » ?

Les mutations sociétales correspondent aux bouleversements de l’économie et à la précarisation de l’emploi dans un contexte marqué par la mondialisation et la globalisation. La mondialisation renvoie à l’intensification des échanges et des flux à la circulation des modèles (urbanisme) et des idées. La globalisation décrit les métamorphoses du capitalisme qui se financiarise et qui se globalise tout en s’universalisant.

Les mutations ont pour effet de modifier sensiblement l’organisation du territoire national. Il est ainsi question de restructuration spatiale, économique, sociale et culturelle allant dans le sens d’une « reterritorialisation » de l’État. En d’autres termes les villes, les banlieues, le péri-urbain ainsi que les territoires ruraux se transforment au gré de nouvelles mobilités.

Les grandes villes se reconfigurent et s’inscrivent désormais dans un local globalisé c’est-à-dire un local réticulaire. On parle ainsi de connectivité internationale. Ces processus ont été analysés depuis une vingtaine d’années par les sciences sociales francophones et anglophones qui ont recours au terme « métropolisation ». En France la loi MAPTAM (2014) a permis l’institutionnalisation des figures émergentes que sont les métropoles fonctionnelles.

La métropolisation est le symptôme le plus visible de la reterritorialisation en lien avec la mondialisation et la globalisation. Elle concerne aussi bien les villes Superstars (comme Paris, Londres, New York, Tokyo, Shanghai…) que les Second cities (villes secondes) comme Lyon, Bordeaux, Lille …. et Indianapolis, Minneapolis, Austin… et d’autres aux Etats-Unis. Dans le but de décentrer notre débat pour répondre aux enjeux de la reterritorialisation, j’ai choisi d’explorer les problématiques de Lyon et Minneapolis St Paul (Minnesota).1

La métropole de Lyon compte 1,3 millions d’habitants, le pôle métropolitain 2 millions, la métropole de Minneapolis St Paul (MSP) 3 millions. Le périmètre de chacune d’entre elles est supérieur à l’aire métropolitaine qui compte 2,5 millions d’habitants pour Lyon et 3,5 millions d’habitants pour MSP. La gouvernance de ces deux métropoles présente des convergences mais aussi des divergences.

L’un des écarts différentiels majeurs se situe dans le rayonnement et le rôle de la ville centre. Dans la première, la ville-centre dispose d’un patrimoine historique reconnu depuis vingt ans relevant du Patrimoine Mondial de l’Unesco et elle concentre la majorité des emplois de l’économie de la connaissance (Universités, Écoles et centres de recherches).

Dans la seconde, la centralité est nettement moins marquée dans la mesure où le territoire métropolitain est vécu sur le mode polycentrique. Il n’y a pas une ville-centre mais deux : Minneapolis et St Paul. Elles ont une frontière commune et travaillent dans une relation de complémentarité. Minneapolis concentre les gratte-ciel et tours alors que St Paul est la capitale de L’État et site privilégié des institutions, notamment celle de la métropole.

Aussi pour différencier la nature de ces deux métropoles en relation avec l’idée de centralité, j’ai choisi d’intituler la métropole de Lyon « ville métropolitaine » pour signifier sur le mode explicite la transition entre le statut de ville et celui de métropole. Lyon a certes bénéficié d’une loi nationale pour conquérir le statut de métropole institutionnelle mais les élus municipaux (depuis l’élection de Michel Noir en 1989) ont œuvré pour faire de leur ville une métropole.

Si le titre de « ville métropolitaine » peut être associé à la métropole de Lyon, il n’en va pas de même pour Minneapolis- St Paul. Outre la présence de deux villes centres dans un territoire résolument polycentrique, les acteurs locaux n’ont pas vraiment été pro-actifs dans l’avènement du conseil métropolitain. Ce dernier a été créé à l’initiative exclusive du gouverneur de l’État fédéré.

A Lyon, outre la mobilisation des élus locaux sur plusieurs décennies pour faire émerger la métropole, il s’est opéré une fusion entre la métropole et le département. Le président de l’ancien département du Rhône et le président de la Communauté urbaine ont négocié un accord visant la fusion des deux entités sur le territoire de la ville métropolitaine. Les administrations sont localisées dans la ville de Lyon.

Les métropoles dans une perspective mondiale : Superstars et Second cities

Les chercheurs anglo-américains qui travaillent sur la ville et ses recompositions métropolitaines différencient les villes Superstars des Second cities. La première catégorie inclut les villes globales, les villes-mondes et les megacities (population supérieure à 10 millions d’habitants). La deuxième catégorie inclut des villes qui participent de la mondialisation et de la globalisation mais qui n’ont pas le poids des Superstars.

Le think tank, Chicago Council on Global Affairs2  a classé les cent premiers PIB mondiaux, un classement qui donne à voir les États, les entreprises et certaines métropoles (Superstars). Sur ce premier tableau -qui liste notamment les douze métropoles américaines- on note que la métropole de Tokyo est la première métropole à figurer dans ce classement mondial et qu’elle se situe au quatorzième rang suivie de New York. Londres et Paris sont au 29ème et 32ème rang.

Classement  des métropoles (extrait du tableau du Chicago Council on Global Affairs)

 1-Chine
 2-E-U et 9-Fr.
 14-Tokyo
 15- NY
 27-Los Angeles
 29-Londres
 32-Paris
 39-Chicago
 48-Houston
 56-Washington
 59-Dallas
 73-Boston
 76-Philadelphie
 78-San Francisco
 90-Atlanta
 97-Seattle
 98-Miami
 100-Volkswagen

Parmi les métropoles Superstars, Shanghai se situe au 38ème rang, Sao Paulo au 57ème, Hong Kong au 58ème, Mexico au 61ème, Guangzhou au 65ème, etc…

Aux Etats-Unis, un récent débat sur l’attractivité des villes et métropoles et la rivalité entre les Superstars et les Second Cities, a suivi l’appel à candidature de l’entreprise Amazon (GAFA) pour créer un deuxième siège social en dehors de Seattle. L’appel à candidature (été 2017) rédigé à l’intention des villes et métropoles des Etats-Unis et du Canada était peu précis. Il indiquait tout simplement que la ville devait disposer d’un site à proximité de l’ aéroport international, qu’elle devait compter au moins un million d’habitants et qu’elle disposait d’un bassin de personnes « talentueuses ».

L’appel a suscité une frénésie de la part de nombreuses villes parce que le PDG Jeff Bezos avait déclaré qu’il envisageait la création d’un siège social équivalent à celui de Seattle, qu’il comptait investir cinq millions de dollars et créer 50.000 emplois qualifiés. Les chercheurs ont alors classé les métropoles en créant l’indice talent à partir de quatre indicateurs : la population totale ayant un diplôme universitaire, le pourcentage de personnes disposant d’un diplôme, le nombre total d’emplois high tech et son pourcentage au sein du marché du travail.

Les chercheurs ont également inclus dans ce classement la question de l’accessibilité à l’aéroport international et la connectivité. Dans leur classement on retrouve les Superstars comme New York, Washington, San Jose, Boston, Los Angeles, San Francisco et Chicago ainsi que les Second cities comme Austin, Indianapolis, Pittsburgh, Minneapolis.

L’entreprise Amazon a reçu deux cent trente-huit dossiers au mois d’octobre 2017. Et au début de l’année 2018, elle a fait savoir qu’elle n’avait pas encore fait son choix mais qu’elle avait retenu une liste de vingt villes. Parmi ces villes figurent des Superstars bien connues (New York, Washington, Toronto…) et des Second cities comme Columbus, Denver, Indianapolis, Nashville, Newark et Pittsburgh.

Le débat suite à l’annonce d’Amazon souligne clairement que les villes et métropoles superstars comme les villes et métropoles secondes attirent toutes les deux des emplois relevant de l’économie de la connaissance. Les deux catégories participent de la mondialisation et de la globalisation.

Que peut-on en déduire pour l’échéance électorale de 2020?

L’émergence de la « ville métropolitaine » (Lyon) et celle de la métropole (Minneapolis-St Paul) en tant que structures territoriales fonctionnelles et institutionnelles sont révélatrices de la « reterritorialisation » de l’État et posent la question du rééchelonnement de l’État dont il sera débattu en vue des élections de 2020. Les élections au niveau métropolitain se dérouleront-elles au suffrage universel comme le prévoyait la loi de 2014 (MAPTAM) ?

Pour citer ce billet: Cynthia Ghorra-Gobin. Un monde globalisé suscite de nouvelles représentations de villes: quels sont les enjeux? Skyscraper– Le Blog, 7 septembre 2018, En ligne] http://skyscraper.hypotheses.org/

  1. Le Minnesota est le seul Etat du midwest qui n’a pas voté pour le parti républicain. []
  2. Il a été question de ce think tank dans le billet du 17/04/2018 intitulé “Les villes figures émergentes de la puissance américaine au 21ème siècle” []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.