Les villes “figures émergentes” de la puissance américaine au 21ème siècle ?

Les discours sur la mondialisation soulignent le rôle des villes dans l’avènement de l’économie globale et sa financiarisation. Faut-il parler de la puissance d’une nation ou évoquer la prospérité économique et l’influence politique de ses villes & métropoles? Ce questionnement s’est avéré pertinent pour discuter des Etats-Unis dans un monde globalisé  au Festival de géopolitique de Grenoble. Il a permis de privilégier l’hypothèse des villes comme “figures émergentes” du rayonnement d’une nation. 

Dans le cadre de la conférence au Festival de géopolitique de Grenoble, j’ai proposé de requestionner la puissance des États-Unis en privilégiant l’hypothèse des villes et des métropoles comme les « figures émergentes » d’un monde globalisé. J’ ai commencé (1) par revenir sur un fait d’actualité, la Conférence mondiale de Munich (février 2018) avant de (2) faire état des critères de classement des villes et des métropoles utilisés à présent par les chercheurs et de (3) rappeler les engagements des villes et métropoles américaines pour poursuivre la transition énergétique et l’adaptation au changement climatique face à un État fédéral enclin au climatoscepticisme.

1-Un fait d’actualité : la Conférence de Munich (2018)

La Conférence mondiale de Munich avait pour objectif de discuter de l’instabilité géopolitique du monde et des risques qui en découlaient. Les échanges ont été retranscris par les médias qui ont fait notamment état de l’intervention du ministre allemand des Affaires étrangères sur l’Europe. Sigmar Gabriel aurait longuement évoqué le sens à donner à l’avènement d’une Europe « post-américaine » ainsi que l’intérêt de modifier nos représentations des États-Unis et du monde.

Aussi en m’inscrivant dans la perspective dessinée par le ministre des Affaires étrangères allemand, j’ai choisi de m’interroger sur les capacités des villes et des métropoles pour incarner au 21ème siècle le rayonnement des Etats-Unis. De nombreux travaux sur la mondialisation et la globalisation ont démontré que dans un monde redessiné par l’intensification des flux (Dictionnaire critique de la Mondialisation), le local se réinventait pour s’inscrire dans la sphère politique mondiale. D’où la pertinence de mobiliser cette notion de la « réinvention du local » pour évoquer la puissance d’un État.

2-De nouvelles modalités du classement mondial (PIB)

D’après le think tank « Chicago Council on Global Affairs », il est possible d’établir un classement des villes, des États et des entreprises à partir du critère PIB (produit intérieur brut). Dans le cadre de ce classement réalisé en 2016 et limité à 100 entités, la Chine se situe au premier rang, les Etats-Unis au deuxième rang et la France au neuvième rang.

Mais après les États, les villes ne tardent pas à apparaître dans ce classement. Tokyo se situe au 14ème rang mondial, New York au 15ème rang et Paris au 32ème rang. Mais alors que la France ne compte qu’une ville dans ce palmarès mondial, les États-Unis en compte douze au total.

 1-Chine
 2-E-U et 9-Fr.
 14-Tokyo
 15- NY
 27-Los Angeles
 29-Londres
 32-Paris
 39-Chicago
 48-Houston
 56-Washington
 59-Dallas
 73-Boston
 76-Philadelphie
 78-San Francisco
 90-Atlanta
 97-Seattle
 98-Miami
 100-Volkswagen

Suite à ce classement qui en dit long sur la puissance économique des 12 villes américaines, il s’avère intéressant de lister quelques ouvrages qui ont marqué le débat sur la réinvention des villes.

 Saskia Sassen, la ville globale, 1991
 Myron Orfield, Metropolitics, 2002
 Richard Florida, Creative Class, 2003
 Edward Glaeser, le triomphe de la ville, 2011
 Bruce Katz, Jennifer Bradley, Metropolitan Revolution, 2014
 Katz &Nowak, The New Localism, 2017

Ces politistes, économistes et sociologues ont noté combien l’économie globale (financiarisation du capitalisme) s’inscrivait dans les flux, et combien ceux-ci s’ancraient désormais dans les villes. L’économie de la connaissance est indissociable de la ville pendant que la métropolisation la restructure la ville et lui donne une nouvelle dimension politique.

Quant au think tank Brookings Institution, il a créé un programme centré sur l’étude des métropoles américaines. Il est ainsi écrit que les « MA (metropolitan areas) are the heart of the economy, the hubs of research and innovation, and the center of human capital ». Une remarquable étude a été publiée en 2010, State of Metropolitan America à la suite du rapport MetroNation: How MA fuel American prosperity (2007), mettant en évidence le rôle économique des villes dans le développement social et culturel du pays.

3- Mobilisation des villes et des États fédérés au niveau national et international

Les Etats-Unis sont le théâtre d’une guerre culturelle avec l’influence grandissante des climatosceptiques qui remettent en cause la théorie du changement climatique. Dans ce contexte, le président Trump a décidé de se retirer de l’Accord de Paris que le pays avait pourtant signé en 2016. Mais de nombreuses villes (375 villes au total) ont décidé de suivre les principes de la Cop 21. Elles l’ont par ailleurs fait savoir dans différentes instances dont l’association C40 qui regroupe à l’échelle mondiale les villes impliquées dans la transition énergétique.

Aussi lorsque Trump décide en juin 2017 de se retirer de l’Accord de Paris, des États comme la Californie et des villes ont rédigé la déclaration « We are still in » et ils l’ont proclamé à l’étranger comme par exemple dans le cadre d’une réunion du Parlement européen. Le Global Covenant of Mayors for climate change – -sous le leadership du gouverneur de la Californie Jerry Brown et de l’ancien maire de New York Bloomberg, a envoyé une délégation ‘non officielle’ (shadow delegation) lors de la réunion de la Cop 22, pour affirmer leur engagement en faveur des politiques pour l’adaptation au changement climatique.

Une hypothèse: le pouvoir des villes dans un monde globalisé

La conclusion a repris les arguments présentés dans les trois parties.  La discussion avec le public a permis de revenir sur l’hypothèse des villes comme “figures émergentes” du rayonnement d’un État en raison de leurs pouvoirs économique, culturel, social et culturel sur la scène politique mondiale.  Un point de vue déjà mis en évidence dans le Dictionnaire critique de la mondialisation (Armand Colin, 2012)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.