Les villes sur la scène politique internationale

 

 

Intervention dans le cadre d’une table-ronde animée par Marie-France Châtin « les villes sur la scène internationale » à la Bibliothèque publique d’information (Bpi) du Centre Pompidou (25 Septembre 2017)

 

 

L’intervention a consisté à développer  trois idées : -le constat : mondialisation et urbanisation –l’affirmation des villes dans les réseaux internationaux et – la mobilisation des villes dans les instances nationales et internationales

1- Le constat : mondialisation et urbanisation

Avec la révolution numérique nos sociétés se retrouvent dans un cycle combinant mondialisation,  globalisation et  planétarisation, trois champs qui  structurent le Dictionnaire critique de la mondialisation (Armand Colin, 2012).

Le cycle de mondialisation définie comme l’intensification des échanges se traduit par une urbanisation galopante. Selon les chercheurs des Nations-Unies, si 30% de la population mondiale était urbaine en 1950 et si à présent elle est de l’ordre de 52%, elle atteindra 70% en 2050.  Ils font le constat d’une rapide évolution en moins d’un siècle.

La globalisation renvoie à la métamorphose du capitalisme, à sa financiarisation extrême et à la circulation sans entraves de capitaux.  Aussi les villes mènent des politiques d’attractivité territoriale pour accueillir capitaux et talents créatifs.  Elles se retrouvent dans une situation de « rivalité » à l’échelle nationale, européenne ou mondiale.

La planétarisation correspond à la prise de conscience de la finitude de l’environnement et à la survie de l’humanité sur la planète Terre.  Les villes mènent des politiques d’adaptation au changement climatique et elles en assurent la diffusion et la circulation.  Elles font alors preuve de « coopération ».

Les villes concentrent ainsi l’ensemble des problématiques du monde.

2- L’affirmation des villes dans les réseaux de villes

Les villes s’organisent pour faire pression auprès des États pour qu’ils prennent en compte le changement climatique comme un objectif central des politiques nationales.  Elles leur indiquent également qu’elles sont des acteurs incontournables pour mener des politiques d’adaptation au changement climatique.

Elles peuvent parfois être influencées par l’ouvrage de Benjamin Barber If Mayors Rule the World (si les maires gouvernent le monde) publié en 2013. L’’analyse du politologue souligne les capacités et compétences des acteurs locaux pour répondre à la demande sociale contrairement aux États qui seraient enfermés dans des batailles idéologiques.  Barber souligne le pragmatisme des villes.

Il faut également rappeler l’impulsion donnée aux villes par la Conférence Habitat II qui s’est déroulée en 1996 à Istanbul et qui a réuni – -outre les Etats- – des leaders et responsables locaux.  Ce qui ne s’était jamais vu dans une Conférence des Nations unies.

Pour assurer la circulation des idées concernant le changement climatique ou la transition énergétique, les villes ont tendance à s’inscrire dans des réseaux de villes au sein desquels elles optent pour le principe de la coopération et de l’échange :

Eurocités, un réseau de villes européennes qui a été présidé par l’ancien maire de la ville de Lyon et dont l’un des objectifs réside dans la réduction des GES ;

C40  réunit les maires des grandes villes (comme Paris, Londres, New York, Mexico…) pour assurer la transition énergétique et qui est présidée par l’actuelle  mairesse de Paris ;

CGLU (cités et gouvernements locaux unis) réunit des villes du Nord et du Sud et fut présidé un moment par l’ancien maire de Paris.  Une des ambitions de la CGLU fut de faciliter la  mise en œuvre de l’Agenda 21 pour s’inscrire dans la perspective du développement durable ;

Réseau des villes créatives de l’Unesco défend la culture et la créativité comme deux principes indispensables pour le développement durable.  Ce réseau appuie le Programme mondial du DD à l’horizon 2030 ainsi que la politique de ville énoncée par Habitat III lors de la Conférence de Quito en 2017.

3- La mobilisation des villes dans les instances internationales

Les villes se mobilisent et s’affirment dans les instances internationales.  Suite à Habitat II, on constate que les villes sont de plus en plus présentes lors d’évènements mondiaux comme la COP (conférence des parties) de la CCNUCC (convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique) qui conduisent à des accords.

Si la COP 21 (2015) a conduit à la signature de l’ « Accord de Paris », la COP 15 de Copenhague (2009) avait déçu les responsables locaux.  Ces derniers avaient souligné l’incapacité des États à se mettre d’accord.  Et leur mécontentement avait fait l’objet d’une large couverture médiatique.

Le secrétaire des Nations unies Ban Ki-moon a désigné l’ancien maire de New York (Michael Bloomberg) « envoyé spécial » des Nations unies pour les villes et le changement climatique en 2014.

Dans notre contexte national, les villes et métropoles sont progressivement intégrées dans la sphère de la « diplomatie ».  En 2014 le ministre des Affaires Etrangères a souligné l’intérêt du principe de la « diplomatie globale » c’est-à-dire d’une diplomatie intégrant les villes.  En effet ces dernières ont un rôle fondamental dans l’Aide au développement par le biais de la « coopération décentralisée ».

Aux Etats-Unis, le Think tank Brookings Institution a créé en 2012 avec la banque JP Morgan Chase un réseau de métropoles intéressées par la coopération économique avec des villes localisées en Amérique latine et en Asie.  A l’heure où le président des Etats-Unis souhaite renégocier le traité de libre-échange avec le Canada et le Mexique (ALENA), la Global Cities Initiative (qui réunit 32 métropoles aux États-Unis) se manifeste pour participer à ce processus de renégociation.

A l’heure où l’État fédéral américain peut être qualifié de climato-sceptique, les villes maintiennent leur programme d’adaptation au changement climatique.  Elles sont entrées dans une « guerre culturelle » contre l’État fédéral.  Et certaines d’entre elles se sont déclarées « villes-sanctuaires » pour affirmer qu’elles ne coopéreront pas avec les agents fédéraux pour l’arrestation d’immigrés en situation illégale.

Pour conclure, l’intervention – -et les échanges qui ont suivi- –  ont permis de dessiner les transformations politiques qui s’opèrent au sein des villes en vue de leur affirmation dans la sphère des relations internationales.    Elles ont par ailleurs souligné que ces dernières ne concernent pas uniquement les villes capitales ou les global cities comme Paris; Londres et d’autres  mais également les Second cities.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *