Des villes métropolitaines et du principe de gouvernance

CGG- Hamburg

 

 

(Ce billet correspond à l’intervention  dans la table-ronde « les territoires au service du progrès » à  l’université d’été de la CFDT, 31 Août 2017). 

 

 

L’intervention évoque (1) l’émergence de « villes métropolitaines » en tant que nouveaux acteurs sur la scène politique nationale, européenne et mondiale ainsi que (2) l’innovation sociale dont elles font preuve en expérimentant le passage de l’idée de « gouvernement » à celle de « gouvernance ».

L émergence de nouveaux acteurs s’explique en grande partie du fait que nos sociétés vivent depuis plus de trois décennies dans ce qu’il est convenu d’appeler un « cycle de mondialisation » qui repose d’une part sur la révolution numérique et d’autre part sur la métamorphose du capitalisme qui se globalise et se financiarise.  Ce cycle a entraîné de sérieuses conséquences sur l’économie à l’échelle mondiale comme à l’échelle nationale et locale, nos modes de vie, nos modes de travail ainsi que sur les institutions.

Dans un premier temps la mondialisation a suscité un débat sur les risques d’homogénéisation des cultures sous l’influence de l’  « American Way of Life ». Mais de nombreux intellectuels et chercheurs ont démontré que les processus à l’œuvre étaient plus complexes : il y a une recomposition du local sous l’influence du global.  D’où l’intérêt à penser l’interaction entre le local et le global.

A la suite de la crise de 2008, les chercheurs  ont dénoncé néolibéralisme  et néolibéralisation de nos sociétés qui ont autorisé l’intensification des inégalités au sein des sociétés.  Certains reconnaissent à présent que les inégalités sociales représentent un sérieux frein pour la reprise de la croissance.

Dans mon expérience professionnelle, j’ai eu l’opportunité d’expliquer la mondialisation aux jeunes et au grand public au début des années 2000 en coordonnant  deux éditions du Dictionnaire critique de la mondialisation  (paru en 2006et 2012 aux éditions Armand Colin).  J’avais choisi 1) de mettre en évidence  la « multidimensionalité » du processus de  la mondialisation 2)  d’insister sur une mondialisation associée à un renforcement  de l’urbanisation à l’échelle mondiale et 3) et d’identifier le rôle croissant de nouveaux acteurs dont les « villes métropolitaines ».

I- Le cycle de mondialisation s’affirme par l’urbanisation ainsi que par  l’émergence de nouveaux acteurs comme les grandes villes

Pour mettre en évidence le rôle des grandes villes il faut peut-être rappeler  à la suite des chercheurs des Nations unies que la mondialisation se traduit par une urbanisation galopante à l’échelle mondiale.  Leurs rapports précisent qu’en 2050, 70% de la population mondiale sera urbaine alors qu’en 1950 ce chiffre ne dépassait pas 30%.

Un bouleversement inédit s’est opéré en l’espace d’un siècle.  La mondialisation et la globalisation (métamorphose du capitalisme) ont favorisé dans un premier temps les villes où sont localisés les acteurs financiers mais elles concernent à présent un grand nombre de villes, notamment en Europe.

Parmi les nouveaux acteurs œuvrant  à l’échelle mondiale, on compte les  « entreprises globales » fonctionnant selon le principe de la multilocalisation : zones de production, de conception, de décision, d’assemblages sans oublier les aires de consommation.  Et puis il y a les banques et les marchés financiers qui participent de cette effervescence.

Il est aussi  question d’ONGs globalisées œuvrant pour la protection de l’environnement à l’échelle de la planète ainsi que des ONGs et fondations centrées sur l’éradication de la pauvreté, outre les aides au développement assurés par les États. Des entreprises globales localisées dans les pays du Sud n’hésitent d’ailleurs pas à travailler avec des ONGs  sur la thématique de l’environnement ou sur celle des conditions sociales des travailleurs.

On peut ainsi en déduire que l’État n’est plus le seul acteur  susceptible d’encadrer le capitalisme, comme il avait réussi à le faire – -du moins dans certains pays – – au cours de la période industrielle, suite à d’intenses mobilisations sociales.  A l’heure du capitalisme globalisé et financiarisé, de nouveaux acteurs émergent et leur caractéristique majeure consiste à travailler  sur le mode de la « gouvernance ».

Aussi si les grandes villes sont devenues des acteurs majeurs, on peut distinguer différentes catégories.  On connaît certes le profil de la ville globale, – – celle qui dispose d’un rôle majeur dans l’organisation de l’économie globale en y assurant un rôle de commandement- –  ou encore la ville monde, comme Paris, Londres, New York, Shanghai, Tokyo, Los Angeles etc.  Elles sont qualifiées de Superstars.

Mais  il y a d’autres catégories de villes dont l’influence ne cesse de s’accroître : on pense aux « mégacities »,  celles qui ont plus de 10 millions d’habitants et dont le nombre est impressionnant dans les pays du sud.  Et il y a les « villes métropolitaines » qui résultent de la recomposition des grandes villes sous l’effet de la « métropolisation ».  Elles sont nombreuses en Europe et aux Etats-Unis.  Et c’est cette dernière catégorie que je privilégie dans mes travaux.

II- Le cycle de mondialisation s’affirme en Europe et aux Etats-Unis par la « métropolisation »

 Le terme de « métropolisation » est utilisé depuis trois ou quatre décennies par les chercheurs en sciences sociales aux Etats-Unis et en Europe.  Il désigne la complexité d’un processus qui reconfigure la ville sous l’effet de la mondialisation et de la globalisation.  Aux Etats-Unis la métropolisation est qualifiée de « révolution » tant le basculement économique, politique et social est important.

On parle de moins en moins d’économies nationales et de plus en plus de l’économie productive des métropoles.  Aux Etats-Unis, des publications récentes portent le titre de MetroNation pour désigner la puissance économique du pays. En France on différencie les économies métropolitaines des économies résidentielles : c’est-à-dire les territoires où l’on gagne de l’argent des territoires où  l’on dépense l’argent gagné dans les métropoles.

A la suite de Richard Florida (2002), il est également question de « classes créatives » pour désigner les personnes ayant du talent – – quel que soit leur domaine, les arts, la finance, la musique, la comptabilité ou la mode- – qui choisissent de s’installer dans des quartiers  gentrifiés.  Florida associe le talent et la tolérance et pour de nombreux urbanistes, c’est parce que les villes sont des entités denses, complexes et diverses qu’elles suscitent autant d’intérêt.

Il y a quatre ans, un politologue américain Benjamin Barber (2013) a publié l’ouvrage  if mayors rule the world.  C’est a priori un plaidoyer en faveur des maires dont il loue les compétences et les capacités à prendre des décisions et à les réaliser.  Mais c’est également une critique du rôle de l’Etat enfermé dans des batailles idéologiques alors que les élus locaux seraient plus pragmatiques car soucieux avant tout de répondre à la demande sociale pour des services publics efficaces.

Dans ce contexte de métropolisation, le rôle de l’Etat consiste à aider les villes et les métropoles à faire preuve d’attractivité  à l’heure de la circulation des flux de capitaux et des classes créatives qui participent de ce cycle de mondialisation. Au niveau local, on parle de plus en plus de « gouvernance » et de moins en moins de « gouvernement ».     

III- Les métropoles s’inscrivent dans un régime de « gouvernance »

Les « villes métropolitaines » sont des acteurs émergents qui s’affirment à l’échelle nationale, régionale (Europe) et mondiale.  Elles n’assurent pas le commandement de l’économie globalisée mais elles présentent la caractéristique 1) de vivre à l’heure du local-global (et de l’  « ici et l’ailleurs », ce qui veut dire qu’elles sont soucieuses de l’échelle mondiale 2) et de faire l’expérience de nouveaux modes de gouvernement, la « gouvernance ».

Les idéologies politiques traditionnelles ne sont plus aussi pertinentes qu’autrefois.   Dans les grandes villes et les métropoles, on n’est plus dans le rapport traditionnel entre l’élu et le préfet.

Les villes métropolitaines ont mené ces dernières décennies des politiques d’attractivité afin d’assurer leur rayonnement en dehors de l’échelle nationale : attirer des touristes étrangers, des investisseurs, des classes créatives et proposer leurs compétences à d’autres villes.  A présent de nombreuses  villes célèbrent la Fête des Lumières et notamment de celle de Shanghai.  Elles ont toutes bénéficié de l’expertise de la métropole de Lyon.

Au niveau local, les « villes métropolitaines » se préoccupent de la péréquation fiscale au sein du territoire métropolitain et elles mènent des actions pour assurer un lien et une certaine forme d’articulation avec les territoires voisins,  situés en dehors du périmètre de la métropole.  On ne peut, comme le font certains,  se limiter à opposer métropoles et territoires hors métropoles.

A présent, le rapport au territoire ne passe plus forcément par le principe d’une délimitation de celui-ci.  On parle de « territoire de projet » synonyme d’entité stratégique au sein de laquelle se confrontent des acteurs divers, les élus, les habitants, les ONG et probablement les syndicats.

Et le terme qui traduit le mieux ce nouveau mode de gouvernement c’est celui de « gouvernance ».  Il a d’abord été utilisé aux Etats-Unis dans le monde de l’entreprise.  Mais on l’utilise également pour parler des territoires parce qu’il fait référence à la mobilisation de différentes catégories d’acteurs pour assurer la vitalité d’un territoire,  dans un contexte mondial structuré selon le principe de la rivalité entre territoires.    

Les villes métropolitaines mènent des politiques en faveur de la smart city.  Elles suscitent des alliances avec des entreprises pour la gestion de données numériques dans le but d’optimiser le fonctionnement de la ville.  Il est alors question de mener une stratégie de « ville intelligente ».

Certaines seront en mesure de proposer aux habitants d’opter pour une posture « pro-active » et de s’impliquer dans la gestion de la cité en donnant par exemple leurs avis sur des opérations d’aménagement urbain.  Elles pourront ainsi susciter une certaine forme de mobilisation au-delà des appartenances politiques traditionnelles. Et de nouvelles coalitions politiques pourront émerger.

Les villes métropolitaines participent de la dynamique « local-global ».  Elles se soucient de l’international: elles s’inscrivent dans des réseaux  et elles renforcent les alliances avec d’autres villes situées en Europe ou dans le reste du monde.  On parle également de « coopération décentralisée » quand elles aident des villes en développement à faire face à la croissance démographique, en proposant leur expertise.

Les villes métropolitaines se caractérisent par la diversité sociale et culturelle de leurs habitants qui incluent des immigrés, des réfugiés, des expatriés et des personnes nées à l’étranger.  Avec la révolution numérique, la majorité de leurs habitants habitent l’ « ici et l’ailleurs ».  Les villes métropolitaines vivent au rythme d’un monde mondialisé.

 

En guise de conclusion sur l’idée de progrès social,

L’intervention a souligné l’émergence de villes métropolitaines sur la scène politique, à l’échelle nationale comme à l’échelle européenne et peut-être mondiale. Les métropoles intermédiaires représentent  des arènes ou des espaces politiques où se construit le progrès social parce qu’elles autorisent l’interaction entre les différents groupes sociaux et entre différentes catégories d’acteurs et parce qu’elles font preuve d’innovation sociale.

C’est dans les métropoles, que l’on assiste à des mobilisations sociales d’habitants pour lutter contre la « gentrification »  ou encore dénoncer les investissements publics ne concernant qu’une fraction (généralement la plus aisée) de la population C’est dans les métropoles que certains travaillent et imaginent des économies inclusives dans une époque qualifiée de disruptive en raison de l’innovation technologique dite numérique et de la métamorphose du capitalisme globalisé.

C’est dans les villes métropolitaines qu’on tente de répondre aux multiples défis contemporains et plus particulièrement à celui de la rivalité des territoires à l’échelle mondiale.  Ces villes métropolitaines apprennent à associer dans un cercle de gouvernance des acteurs autres que les seuls élus. Et quand on parle d’acteurs autres, rien ne nous empêche d’imaginer l’intervention explicite des syndicats.

Cynthia Ghorra-Gobin, auteur de

La métropolisation en question, Paris, PUF, coll. « la ville en débat », 2015.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *