Skyscraper étudie la transition métropolitaine

Intituler un carnet de recherche, skyscraper, peut paraître étrange.  Pas question de revenir sur l’attentat de nine eleven ayant entraîné la disparition des Twin Towers, –symboles de la ville Made in America— mais de reprendre l’argument de Carol Willis pour rendre compte du sens véhiculé par la transition métropolitaine. Dans son ouvrage Form Follows Finance (1995), l’historienne documente le lien entre un bâtiment urbain et le monde de la finance.  La transition métropolitaine devrait-elle pour autant être condamnée ? L’expérience métropolitaine ne peut-elle conduire à s’inscrire dans la planétarisation après avoir navigué dans les flux de la mondialisation et de la globalisation ?

Le choix du mot skyscraper pour un carnet de recherche centré sur la transition métropolitaine, soit le passage de la ville à la métropole, ne répond pas au souhait de faire l’éloge de la verticalité urbaine, après la catastrophe nine eleven (2001) de New York. Il cherche plutôt à rappeler l’argument de l’historienne Carol Willis qui a établi dès les années 1990, un lien entre l’objet architectural et le monde de la finance, à partir d’une recherche menée à Chicago et New York.

Son intention est de contribuer à l’histoire du gratte-ciel sans pour autant réduire son invention aux avancées de la technique, la thèse dominante de l’historiographie de la fin du XXe siècle.   A cette époque, l’impact de la libre circulation des capitaux suite à la politique de dérégulation ainsi que son ancrage dans l’univers urbain n’était pas reconnu de tous, en dehors de David Harvey, s’inspirant lui-même des travaux d’Henri Lefebvre.

Le titre de son ouvrage Form Follows Finance est explicite : il met en évidence l’organisation et l’influence du secteur financier. Aujourd’hui, dans contexte de mondialisation et de globalisation, un grand nombre de villes ont opté pour la figure du gratte-ciel (Didelon, 2010),    – y compris la métropole de Lyon (Appert, 2015).

Ce choix se limite-t-il à évoquer la circulation d’un motif urbain Made in America relevant du siècle dernier pour illustrer la mondialisation ?  N’a-t-il pas plutôt pour vocation de reprendre la thèse de Willis en soulignant l’agressivité des flux et marchés financiers suite à la libre circulation des capitaux , le ressort de la globalisation ?

Pour répondre au questionnement : la première partie revient sur le discours d’un bâtiment ayant symbolisé pendant un siècle la ville Made in America avant d’être interprété comme un modèle issu d’un imaginaire universel ayant facilité sa circulation avec la mondialisation.  La seconde partie reprend la thèse de Willis pour insister sur l’inscription de la ville dans les flux financiers de la globalisation, soit le capitalisme urbain, l’autre volet de la mondialisation.

La conclusion souligne la double intention du blog :  comprendre les fondements de la transition métropolitaine en s’appuyant aussi bien sur les récits de la mondialisation que sur ceux de la globalisation avant d’imaginer le cheminement pour faire face à l’urgence politique, soit la planétarisation.  L’ambition revient à privilégier l’hypothèse de la résilience de la métropole en raison de ses capacités à emprunter, après la mondialisation et la globalisation, la trajectoire d’une transition écologique et solidaire.

1-De la reconnaissance de la modernité et de la spectacularisation de l’urbain à partir d’un modèle Made in America

L’historien de l’architecture Hubert Damisch s’inspirant des propos de Georges Duhamel à son retour des États-Unis (Scènes de la vie future, (1930) affirme que ce pays représente la « scène de la vie future » dans son ouvrage Skyline, la ville narcisse (1996).      Il y reconnaît après Le Corbusier, que les « Américains auraient réalisé ce que nous voulions faire, mais pas comme il le fallait, en catastrophe (mais une catastrophe féérique !), l’arrivée aux États-Unis, à la veille de la guerre, des maîtres du Bauhaus, de Gropius à Mies Van der Rohe » (p.116).

Si la modernité architecturale (d’essence européenne) se serait finalement imposée sur la « scène américaine »., d’autres chercheurs parlent du gratte-ciel comme un produit issu d’un imaginaire culturel universel.  Il n’est plus question d’une icône urbaine moderne ayant caractérisé la ville aux Etats-Unis au début du XXe siècle, comme l’avait précisé l’ouvrage de Jean-Louis Cohen et Hubert Damisch, Américanisme et Modernité.  L’idéal américain dans l’architecture, (1993).

Dans l’article paru dans Mappemonde, Clarisse Didelon propose de lire la mondialisation du gratte-ciel comme une forme de convergence des modes de vie de la population mondiale.  Après avoir donné un aperçu de récentes réalisations dans différentes villes à travers le monde, la géographe reconnaît combien la tour peut servir d’image pour la promotion et l’attractivité d’une ville Transamerica pour San Francisco. L’exemple de l’Hôtel Lotte construit à Séoul attribue à la ville une image de la modernité à l’« occidentale ».  En Chine ou dans les Emirats arabes unis, le gratte-ciel indiquerait leur intégration dans les circuits du capitalisme.

Dans l’introduction du dossier sur les « hauteurs urbaines » que Christian Montès, Manuel Appert et Martine Drozdz coordonnent dans Géographie et Cultures (2017), l’argument de la circulation globale de formes architecturales génériques s’avère central. Ce qui permet à Nathalie Roseau d’évoquer l’émergence de la « ville verticale » avec le gratte-ciel et la tour.  En faisant référence à Roland Barthes et à Gaston Bachelard, elle l’identifie à une sensibilité nouvelle de la vision associée à la découverte aérienne de la ville.

L’image aérienne de la ville qui se retrouve dans les grandes expositions internationales a pour vocation de mettre en scène la ville du futur.  Autrement dit, la perspective verticale symboliserait la modernité entremêlant le réel et le fictif.  En retraçant l’histoire du gratte-ciel au XXe siècle, Roseau donne la parole à des architectes de renom comme Le Corbusier, Manfredo Tafuri, Marcel Lods, des historiens de la ville comme Lewis Mumford, à la critique de l’architecture Ada Louise Huxtable ainsi qu’à Guy Debord.

Ces références permettent à l’urbaniste de revenir sur la spectacularisation de l’architecture et ses critiques.  L’expérience de New York ainsi que celle de Paris avec les tours de la Défense et celle de la Tour Montparnasse à Paris, s’avère un moyen pour revenir sur les critiques à l’égard du gratte-ciel, comme celles de Bernard Huet dans  Architecture d’Aujourd’hui dont il est le directeur.

Huet écrivait :

« Produit privilégié de l’espace dominant, le gratte-ciel a joué un rôle décisif dans la rupture du rapport entre typologie et morphologie urbaine, ce qui provoquera la crise moderne.  Crise à laquelle le gratte-ciel tentera de répondre par l’idéologie anti-urbaine de la ville verticale, ville dans la ville », AA, 1975, N° 178, p.1.

2- De la technologie à la finance

Dans l’historiographie américaine, le skyscraper est généralement présenté comme une invention de l’architecte Sullivan et son équipe à l’Ecole d’Architecture de Chicago, suite à la mise au point de l’ascenseur par Elisha Groves Otis, et la possibilité d’édifier un bâtiment de grande hauteur adossé à une structure à ossature métallique.  Autrement dit la technologie représenterait les fondements de la genèse du skyscraper.

Ce récit est bien documenté par les historiens dont Carl W. Condit (1914-1997), professeur à l’Université de Northwestern. Son article publié dès 1959 dans Technology and Culture (78-93), avait pour titre « Sullivan’s Skyscraper as the expression of Nineteeth Century Technology ». Il fut alors reconnu comme l’un des meilleurs historiens abordant la ville à partir des avancées technologiques.  En étudiant Cincinnati (sa ville natale) il privilégie l’histoire du chemin de fer.

Les deux ouvrages de Condit sur l’évolution du gratte-ciel dans la ville de Chicago demeurent aujourd’hui encore une référence incontournable : le premier en 1974 concerne la période 1910-1929 et le second en 1976 la période 1930-1970.

Tout en faisant référence à Condit, l’historienne Willis prend quelques années plus tard distance avec cette interprétation du gratte-ciel, sans pour autant la nier. En privilégiant l’emprise du monde de la finance, elle écrit « Skyscrapers should be best understood both as the locus of business and as business themselves » (p.10).

L’ouvrage de Willis (Form Follows Finance : Skyscrapers and Skylines in New York and Chicago, (1995) qui inclut de nombreuses illustrations (170) a aussitôt reçu le prix du meilleur livre sur l’urbanisme nord-américain qui lui a été décerné par l’Urban History Association (UHA).  Professeur à l’Université Columbia à New York, elle a créé  « The Skyscraper Museum » dont elle est la directrice.

A la fin de son ouvrage Willis écrit p. 164, « Skyscrapers in the 1920s were erected …..entirely through the efforts of bond houses to sell bonds whether the building were needed or not ».  A l’époque, les intérêts des actions vendus rapportaient entre 6 et 10%, un taux largement supérieur à ce qui se pratiquait alors.

Plus récemment, l’économiste urbain David S. Bieri –-dans son article de 2013 paru dans le numéro spécial de la revue Critical/Productive intitulé Post-Capitalist City–, revient sur les arguments de Carol Willis.  Il rend hommage à l’historienne tout en précisant que la spéculation foncière en ville a toujours existé.  Mais la nouveauté réside notamment dans organisation du monde de la finance.

En insistant sur les transformations inhérentes aux marchés financiers, aux stratégie des protagonistes ainsi qu’au marché immobilier, il suggère l’emploi de l’expression « real-financial linkages ».  Pour lui la ville serait ainsi réduite à la dimension spatiale d’une solide imbrication entre l’organisation financière et le marché immobilier.  Ce qui correspond au “capitalisme urbain ou le capital dans la cité” (Adam & Comby, 2020).

La transition métropolitaine au service de la transition écologique et solidaire

Le blog Skyscraper suite au Dictionnaire critique de la mondialisation

Rappeler les récits autour du mot skyscraper illustre l’idée d’une transition métropolitaine relevant aussi bien de la mondialisation (circulation d’un modèle architectural datant du siècle dernier) que de la globalisation (financiarisation extrême du capitalisme).  Cet exercice conduit à privilégier à présent l’hypothèse d’une transition métropolitaine s’inscrivant dans la planétarisation.  L’imbrication de ces trois vecteurs de la mondialisation ayant été identifiée et documentée dans le Dictionnaire critique de la mondialisation en 2012.

La mondialisation se définit comme l’intensification des échanges à l’échelle mondiale alors que comme le reconnaissent Alain Supiot professeur au Collège de France et le Dictionnaire, la globalisation renvoie à la généralisation et la métamorphose du capitalisme et de l’économie au profit d’une financiarisation et d’une rivalité entre villes pour s’inscrire dans ces flux.

La mondialisation décrit les échanges : la circulation des biens matériels relève des décisions de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) et des accords bilatéraux entre États.  Quant aux échanges immatériels comme les connaissances scientifiques et artistiques et l’information, ils ont favorisé l’émergence du mouvement intellectuel en faveur des études postcoloniales.  Ils expriment la quête d’un universel, au-delà de l’Occident.

Si la transition métropolitaine est reconnue comme une phase de l’urbanisation régie par la mondialisation et la globalisation, il revient à présent, compte tenu de l’urgence politique, de discuter du  troisième vecteur, la planétarisation. La ville devenue métropole et abritant la majorité de la population mondiale se doit d’assurer la survie de l’humanité sur la planète Terre à l’heure du changement climatique.

L’influence de travaux scientifiques et de rapports relevant d’organismes internationaux comme le GIEC ainsi que des accords internationaux comme la COP 21 de Paris ont réussi à convaincre certains États, dont la France, à définir les de nouvelles orientations dans le cadre d’une planification écologique et solidaire.

Mettre en œuvre la planification écologique et solidaire exige sa territorialisation, comme l’indique le débat public et politique en France.  La réflexion conduite dans ce carnet de recherche propose de contribuer à ce débat en précisant l’ensemble des conditions pour que la transition métropolitaine s’inscrive dans la perspective de la planétarisation, la survie de l’humanité sur la planète Terre.

Quelques repères bibliographiques

Adam M. (2020) & E. Comby (dir.) (2020), Le capital dans la cité, Editions Amsterdam.

Appert M. (2015), « Le retour des tours dans les villes européennes », Métropolitiques.

Bieri D. S. (2013),” Form Follows Function : On The Interaction between Real Estate Finance and Urban Spatial Structure », Critical/Productive.

Cohen J-L, Damisch H. (ed), (2003), Américanisme et modernité.  L’idéal américain dans l’architecture, EHESS, Flammarion.

Didelon C. (2010), « Une course vers le ciel.  Mondialisation et diffusion-spatio-temporelle des gratte-ciel », Mappemonde, vol. 99, N°3.

Ghorra-Gobin C. (2012), Dictionnaire critique de la mondialisation, Armand Colin.

Guironnet A. (2022), Au marché des métropoles : Enquête sur le pouvoir urbain dans la finance. Editions Amsterdam.

Guironnet A. & L. Halbert (2023), L’empire urbain de la finance, Editions Amsterdam

Halbert L. (2010), L’avantage métropolitain, PUF.

Harvey D. (1985), The urbanization of capital : Studies in the History and Theory of Capitalist Urbanization, John Hopkins University.

Lefebvre H. (1970) La Révolution urbaine, Gallimard.

Lorrain D. (2011), « La main discrète.  La finance globale dans la ville », Revue française de science politique », vol.61, p.1097-1122.

Montès Ch., M. Appert, M. Drozdz, (2017), « Enjeux de l’exploration culturelle des hauteurs urbaines », Géographie et Cultures N°102.

Roseau N. (2017), « La ville verticale, abstraction concrète », Géographie et Cultures N°102, 15-38.

Veltz P. (1996), Mondialisation, villes et territoires : l’économie d’archipel, Paris, PUF.

Willis C. (1995), Form Follows Finance : Skyscrapers and Skylines in New York and Chicago, Princeton Architectural Press.

 

 



Citer ce billet
Cynthia Ghorra-Gobin (2024, 3 juin). Skyscraper étudie la transition métropolitaine. Skyscraper. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11roo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.