Un “tournant” dans la construction du récit métropolitain ?

titre de mon ouvrageLa métropolisation, un mot désignant un ensemble de processus reconfigurant la ville en lien avec la mondialisation a été perçue comme un phénomène d’essence néolibérale.

A la suite de la pandémie du Covid-19, un « tournant » dans la construction du récit métropolitain semble se dessiner. Quels sont les arguments ?

La réflexion sur la « métropolisation » se poursuit et s’inscrit à présent dans un contexte marqué par la mondialisation d’une crise sanitaire compte tenu de la pandémie du Covid-19.  Si la mondialisation avait été perçue jusqu’ici comme un phénomène d’essence néolibérale (Pinson, 2020), certains à la suite de Pascal Canfin la qualifient à présent de « progressiste ».

Dans un article paru dans le quotidien Le Monde (16 juin 2021, p.36-37), le président de la commission « environnement » du Parlement européen invite le public à reconnaître combien les récentes mesures prises par les États laissent entrevoir l’avènement d’une mondialisation « compatible avec les limites de la planète ».  Il indique que l’État aurait retrouvé sa souveraineté dans trois domaines : fiscal, monétaire et budgétaire ainsi que climatique.  Suite à ce discours centré sur la régulation de la mondialisation, nous privilégions l’hypothèse d’un « tournant » du récit métropolitain à partir de trois arguments.

La première partie revient sur les récentes mesures des États perçues comme une politique en vue de réguler la mondialisation.  Cette perspective conduit à avancer trois arguments en faveur de la métropole post-Covid dans une seconde partie.  La conclusion revient sur cette idée de « tournant » dans la construction du récit métropolitain.

1 La reconquête de la souveraineté publique par l’Etat

2 L’avènement de la métropole post-Covid

3 Le « tournant » dans le récit métropolitain

1 La reconquête de la souveraineté publique

L’analyse de la reconquête de la souveraineté publique s’appuie sur l’expérience de deux crises mondiales (Canfin, 2021) : la crise financière (Great Recession) de 2008 et la crise liée à la pandémie du Covid-19 en 2020 et 2021.  La première aurait amorcé la reconquête de la souveraineté dans le champ fiscal pendant que la seconde définie comme un risque inhérent à la mondialisation (Dictionnaire critique de la mondialisation, 2012) et témoignant de vulnérabilités futures liées au changement climatique (Latour, 2020) amorcerait une croissance économique s’inscrivant dans la transition écologique.

La reconquête de l’État s’affirme dans la fiscalité

La crise financière de 2008 qui d’après de nombreux économistes (Piketty, 2013) a résulté de l’optimisation fiscale massive organisée par les plus riches et par les plus grandes entreprises a entraîné d’importantes dépenses publiques.  Les États sont intervenus pour sauver les banques et maintenir le financement de l’économie.  Mais ils ont également remis en cause le principe du secret bancaire avant de prendre la décision d’y mettre fin.  Ce qui a permis d’augmenter les recettes des États.

La reconquête de la souveraineté publique dans le domaine fiscal s’est également jouée en 2021 lorsque les États se sont attaqués à l’optimisation fiscale des entreprises du numérique.  Au début de l’été, suite à une réunion du G7 puis du G20 (et sur les recommandations de l’OCDE), les négociations sont en cours pour lever un impôt mondial sur les multinationales.  Son montant s’élèverait à 15% sur la totalité des bénéfices réalisés partout dans le monde.  Il s’agit d’une sérieuse étape pour mettre fin à l’impunité fiscale des multinationales.  Pour ce qui concerne les grandes entreprises européennes, il leur revient de publier les bénéfices enregistrés dans chaque pays européen, et non plus seulement le résultat consolidé.

La reconquête de l’État se lit dans le monétaire et le budgétaire 

A la suite la crise financière, les États s’étaient dotés d’outils techniques pour écarter la spéculation sur les dettes publiques.  Avec la crise sanitaire du Covid-19, ils ont réagi en s’affranchissant de toute limite budgétaire au niveau des banques centrales.  Cette politique permet d’assurer des taux d’intérêt faibles, voire négatifs et elle autorise les États à financer la dette publique à bas coût.  Ce qui entraîne de sérieux investissements dans la protection sociale et dans des secteurs d’avenir.  Le positionnement des États en 2021 est à l’opposé de celui remontant aux décennies 1980/1990 caractérisées par une méfiance à l’égard de toute initiative publique.

En Europe, l’Union s’est dotée d’un plan de relance de 750 milliards d’Euros et a suspendu les règles du pacte de stabilité et de croissance. En France, un plan de relance jugé exceptionnel parce qu’il atteint 100 milliards d’Euros concerne l’écologie, la compétitivité et la cohésion.  Il participe en quelque sorte d’une refondation économique, sociale et écologique. Aux États-Unis, le président Biden élu en 2016 (Ghorra-Gobin, 2020) mène une politique équivalente centrée sur le renouvellement des infrastructures.  Dans le cadre de ces différentes expériences, l’État assume à nouveau son rôle de stratège et ne remet nullement en cause les principes d’une mondialisation inscrite dans le multilatéralisme.

La reconquête de l’État se traduit par une réorientation de l’économie

Les économistes et les intellectuels ayant reconnu combien l’invention de l’État-providence au 20ème siècle fut concomitante de la diffusion du modèle de la société de consommation, un contexte peu favorable à l’idée de la soutenabilité environnementale.  Mais depuis le Sommet de la Terre (Rio, 1992), de nombreuses conférences organisées par les Nations unies sur la base de travaux d’éminents chercheurs (GIEC) ont incité les dirigeants politiques à prendre des mesures conformes à l’ idée de la finitude de l’environnement.  L’Accord de Paris signé dans un cadre multilatéral (2015) a représenté un engagement majeur des États dans la mesure où il leur revient de mener une politique visant à réduire les gaz à effet de serre à l’horizon 2030 et à assurer la transition énergétique.

En 2019, l’Europe a pris la décision d’opter pour un objectif de neutralité climatique à l’horizon 2050.  Cette ambition s’affirme également dans d’autres pays comme les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud, et la Chine.  L’ European Green Deal ou le « pacte vert pour l’Europe » représente une nouvelle stratégie de croissance proposée par la Commission européenne qui doit conduire à la révision de nombreuses lois.  Pour la Banque centrale européenne, le changement climatique est désormais considéré comme un risque systémique touchant à la stabilité financière.  En France suite à la Convention citoyenne pour le climat, la loi sur le climat et la résilience est en cours de vote.

L’affirmation de la souveraineté dans ces trois registres peut être interprété comme le signe d’une volonté de régulation de la mondialisation par l’État.  Et la métropolisation qui se définit comme un ensemble de processus visant à reconfigurer la ville en lien avec la mondialisation, nous privilégions l’hypothèse d’un « tournant » dans la métropolisation.

2 L’avènement de la métropole post-Covid

La métropole post-Covid est susceptible de : (1) s’affirmer dans le registre de la santé (sur le mode de la prévention) ; (2) mettre en œuvre le principe d’une coopération avec les territoires adjacents (situés au-delà de son périmètre) et (3) revisiter sa politique de l’attractivité essentiellement perçue jusqu’ici sur le mode de la rivalité intermétropolitaine, comme le confirme l’action menée par les élus écologistes au Conseil de la métropole du Grand Lyon).

Reconnaître le principe de circuits courts et inclure le registre de la santé (prévention)

L’expérience de la pandémie et des périodes de confinement autorisent à valoriser les acquis sanitaires et sociaux de la métropole. Il s’agit de mettre en lumière tout l’effort qui y a été déployé en vue d’assurer le ravitaillement, l’aide aux ménages vulnérables (qui comptent sur l’école pour assurer au moins un repas équilibré à leurs enfants) ainsi que la prise en compte des SDF dans la lutte contre la diffusion du virus sans oublier l’offre hospitalière.  Des initiatives ayant rapproché les agriculteurs des territoires adjacents des consommateurs métropolitains ont validé le principe de circuits courts dans l’alimentation des métropoles.

La santé ne se limite pas au système de soins qui relève principalement de l’État, elle concerne le mieux vivre et le bien-être.  Il ne s’agit pas de repenser le système de soins (hôpitaux et médecine de ville) qui relève d’un autre niveau de l’organisation territoriale mais d’inclure dans les compétences de la métropole la prévention et la prise en compte des inégalités écologiques et sociales. L’Ecole des Hautes Etudes en santé publique (EHESP) a mis au point le concept d’« urbanisme favorable à la santé » (UFS) qui pourrait être largement diffusé dans les pratiques de l’aménagement métropolitain (Hellequin, 2018).

La métropole post-Covid inclut explicitement le volet santé par des mesures de prévention comme celles favorisant la distanciation physique et sociale dans l’espace public et dans les lieux de la mobilité.    Ce point de vue a été exprimé par CGG dans un article de la collection « le virus de la recherche » des Presses universitaires de Grenoble (Mai 2020) intitulé « Un moment décisif pour se réapproprier la métropole ? ».

Imaginer le principe d’une coopération avec les territoires adjacents

Une politique en faveur de la transition écologique ne peut s’affirmer en dehors d’une coopération entre la métropole et les territoires adjacents c’est-à-dire les petites villes, le périurbain et le rural situé dans l’environnement de la métropole, comme l’indiquent les récents travaux de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) et du programme POPSU du PUCA, au ministère de la Transition écologique.

Le périmètre de la métropole institutionnelle en France est tout compte fait assez récent et ignore complètement la dimension historique des relations qui la lient aux territoires adjacents.  A cette référence vis-à-vis de l’histoire s’ajoute la redéfinition du local dans un monde globalisé.  La métropole se situe à l’interférence de plusieurs échelles (national, européen, régional et mondial).  Aussi le destin de la métropole ne se limite en aucun cas à son périmètre, il inclut les territoires adjacents.

Aussi se réapproprier le récit de la longue durée et le multiscalaire représente une opportunité pour dépasser le périmètre institutionnel récent et pour assurer une mise en visibilité du local à l’échelle mondiale.  Il s’agit de prendre distance avec la logique métropolitaine nourrie par les économistes, les responsables politiques (avant les élections de 2020) et les médias.

Ce rappel de la dimension historique des liens qui réunissent la métropole et ses territoires adjacents correspond à une idée développée dans un article publié par Metropolitiques en mai 2020 « Concevoir un imaginaire métropolitain autre pour penser la coopération territoriale ».

Redéfinir la politique de l’attractivité (éclairage à partir de l’engagement des élus Verts)

La redéfinition de la politique de l’attractivité de la métropole peut être illustrée par la politique que mène le Conseil de la métropole du Grand Lyon qui suite aux élection sde 2020 inclut une majorité d’élus Verts.  Le Conseil est en train de conduire un audit interne de l’Aderly (l’Agence responsable de la politique d’attractivité doté d’un budget de 4 millions d’Euros).  Il a l’intention de revoir ses priorités en ne se limitant pas aux gros investisseurs mais en tenant compte de l’amélioration du cadre de vie des habitants.

L’Aderly a toujours privilégié une démarche d’attractivité exogène plus qu’endogène.  Elle était tournée vers l’international en organisant des salons, de l’évènementiel pour faire venir des touristes d’affaires, des chefs d’entreprises étranger, bref des talents.  Mais pour la nouvelle équipe métropolitaine, il s’agit de mettre le qualitatif au-dessus du quantitatif pour accompagner la transformation du territoire vers plus de sobriété et moins d’artificialisation des sols. De nouveaux critères devraient permettre de repositionner l’économie métropolitaine sur certaines filières.

L’information concernant la redéfinition de la politique de l’attractivité pour la métropole du Grand Lyon résulte d’échanges en vidéo-conférence avec des interlocuteurs à Lyon et s’appuie sur la publication d’un article de Médiacités  « Les écologistes du Grand Lyon veulent-ils la peau de l’Aderly ? », publié en juillet 2021.

CONCLUSION: Le « tournant » du récit métropolitain

Si à la suite de la crise financière de 2008 et de la pandémie du Covid-19, certains observateurs sont en mesure de parler d’une reconquête de l’Etat en raison d’une politique de régulation de l’économie, il en va de même pour la métropole.  Rien n’empêche d’imaginer un renouveau de la politique de la métropole en faveur de trois nouvelles orientations : (1) la santé et sa prise en compte dans les procédures de l’aménagement (2) la coopération avec les territoires adja cents et (3) la révision de la définition de l’attractivité. Ces trois orientations incarneraient en quelque sorte le « tournant » du récit métropolitain.

Ghorra-Gobin, Cynthia. "Un "tournant" dans la construction du récit métropolitain ?" Skyscraper,[URL]http://skscraper.hypotheses.org.

1 réflexion sur « Un “tournant” dans la construction du récit métropolitain ? »

  1. François Pacaud

    Chère carnetière,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une des portails fr.hypotheses.org et hypotheses.org.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.