La planète mondialisée

 La mondialisation peut-elle se limiter au néolibéralisme métropolitain comme l’affirment certains ? Je choisis de répondre par la négative en faisant référence à la définition du mot “mondialisation” telle que formulée par le Dictionnaire critique de la mondialisation qui intègre tout en les différenciant :  mondialisation, globalisation et planétarisation.  D’où l’idée du titre “la planète mondialisée”.

La mondialisation fait référence à trois catégories de processus qui concernent les échelles mondiales, nationales et locales.  Il est ainsi question de : (1) l’avènement du monde dans le quotidien des individus (mondialisation) + (2) la circulation des capitaux et la financiarisation du capitalisme (globalisation) + (3) la prise de conscience à l’échelle mondiale de la fragilité de l’expérience humaine sur la Terre (planétarisation).  L’analyse reprend ici un article publié dans la revue Sciences Humaines dont le numéro #332 (janvier 2021) a pour titre “le basculement du monde 1990-2020”.

La mondialisation, un phénomène multidimensionnel

L’apparition du mot ‘mondialisation’ dans le langage quotidien remonte à la décennie 1990.  Il désigne alors les transformations qui affectent les sociétés suite à la révolution numérique et à la sérieuse baisse des coûts des transports terrestres, aériens et maritimes.  L’usage d’Internet autorisant la circulation de l’information en temps réel (indépendamment de toute localisation)  a entraîné l’intensification des  relations à l’échelle mondiale et a accéléré la circulation des biens, des capitaux et des personnes.   Des accords  pour faciliter les échanges commerciaux se sont multipliés au sein de l’Organisation mondiale du commerce créée en 1995, intégrant la Chine en 2001  et qui fonde la base du système commercial multilatéral.

Les grandes entreprises ont revu leur structure pour dissocier les lieux de production des lieux de décision et de commercialisation, bénéficiant du faible coût du travail et de l’absence de réglementations environnementales dans les pays émergents pour y délocaliser leur production . Les États ont pris des mesures de déréglementation pour faciliter la circulation de l’information, des connaissances et des biens tout en menant des politiques d’attractivité.  Enfin le tourisme de masse s’est affirmé, avec en 2019 plus d’un milliard et demi de touristes selon l’Organisation mondiale du tourisme.

Si la mondialisation a alors été perçue comme une nouveauté, ce point de vue  a aussitôt été relativisé, par les historiens Patrick Boucheron et Serge Gruzinski (après Fernand Braudel) qui ont rappelé l’épisode de la mondialisation prémoderne et la découverte du Nouveau Monde ; par   les économistes qui après Suzanne Berger ont évoqué la première mondialisation moderne au tournant du XXe siècle ainsi que par  les géographes comme  Christian Grataloup (Dictionnaire des mondialisations, 2006).

Surtout, comme l’illustre le Dictionnaire critique de la mondialisation (2012) les sciences sociales insistent sur la mutidimensionnalité du processus.  Elles différencient ainsi le sens accordé à trois termes: mondialisation, globalisation et planétarisation.

Des appellations différentes pour des enjeux multiples

La mondialisation fait référence, on l’a dit plus haut, à l’intensification des circulations des personnes, des biens matériels et surtout des biens immatériels au-delà des frontières nationales.  Elle peut être vécue comme l’  « avènement du Monde » (pour reprendre l’expression de Michel Lussault) dans le quotidien des individus.  Elle comporte ainsi une dimension culturelle et sociale (Appadurai, 1996).

Le mot globalisation,  utilisé avant tout par les anglophones, insiste plutôt sur les transformations du capitalisme. La large diffusion du terme   revient à l’économiste Theodore Levitt qui dans un article publié dans Harvard Business Review en 1983 annonçait l’avènement de la firme globale structurée sur le mode de la multi-localisation. Le terme insiste sur la diffusion du capitalisme à l’échelle mondiale (Chute du Mur de Berlin en 1989 et fin de la Guerre froide) ainsi que sa métamorphose en raison de son émancipation du cadre national.

Les économistes qualifient ce cycle de mondialisation post-fordiste (le fordisme faisant référence au capitalisme encadré par les Etats). Ils désignent l’avènement d’un capitalisme financier reposant sur la libre circulation des capitaux, la priorité accordée aux actionnaires (au détriment des travailleurs) et le principe de l’optimisation fiscale des entreprises pour ne pas payer d’impôts en localisant leurs sièges dans des « paradis fiscaux ».

Différencier, comme le font les francophones, mondialisation et globalisation, conduit à élargir le phénomène en dépassant les aspects économiques et immatériels pour englober la dimension géographique, et ainsi appréhender inégalités sociales (aux différentes échelles territoriales) et la destruction des écosystèmes naturels (Supiot, 2019).

Un 3e terme, la planétarisation fait référence à la prise de conscience de la finitude de l’environnement et aux risques systémiques que fait courir à la planète une économie déconnectée de la biosphère et des contraintes écologiques – une prise de conscience de plus en plus aigüe depuis les années 1990.  Il y a une reconnaissance mondiale de la fragilité de l’expérience humaine sur la planète Terre, comme le souligne la pandémie du Covid-19 en 2020-21.

Cette définition repose sur la distinction établie, dès 1992, par le géographe Olivier Dollfus (1992) entre le planétaire renvoyant au système Terre et le mondial renvoyant au système monde.   Si le changement climatique représente un enjeu planétaire, il ne devient un enjeu mondial que lorsqu’il est reconnu par l’ensemble des États et des individus se mobilisant pour assurer la transition écologique .  Ce qui justifie l’idée d’une planète mondialisée.

Différencier ces notions n’est pas un simple exercice lexical. Cela facilite la formulation des enjeux et des politiques visant à maîtriser ce processus de mondialisation. Comme l’écrit Alain Supiot, la mondialisation, outre la circulation des biens et des personnes, « assure la circulation des signes entre les êtres humains », ce qui représente un phénomène structurel lié à de nouvelles techniques de numérisation alors que « la globalisation est un phénomène conjoncturel » qui procède de choix comme la surexploitation de ressources physiques non renouvelables.

Villes globales, mégacités, archipels métropolitains…

Si la mondialisation évoque l’échelle mondiale, elle se traduit très concrètement au niveau local notamment par l’intensification de l’urbanisation, au Nord comme au Sud (Choplin & Pliez, 2019).   Aujourd’hui, 56% de la population est urbaine.  Le contraste est saisissant avec le milieu du XXe siècle quand la population urbaine représentait 30% de l’humanité.  Compte tenu de la croissance démographique, le nombre d’urbains est ainsi passé de 2,2 milliards en 1990 à 4,2 milliards en 2019. La mondialisation entraîne également la reconfiguration de la ville.

Dès le début de la décennie 1990, la sociologue américaine Saskia Sassen a évoqué l’avènement de la « ville globale » qui assure un rôle de commandement de l’économie globalisée à partir des exemples de New York, de Tokyo et de Londres.  Sa démonstration s’appuie sur des données rassemblant le nombre d’emplois dans les secteurs de la finance et de l’immobilier ainsi que ceux liés aux services aux grandes entreprises.  La circulation des capitaux dynamise l’immobilier et est responsable de la gentrification, c’est-à-dire l’éviction de ménages aux faibles revenus au profit de nouveaux ménages disposant de moyens leur permettant d’accéder à la hausse des prix.

Dans l’univers francophone, il est plutôt question de « ville de flux » à la suite du philosophe Olivier Mongin (2013) qui prend en compte l’inscription de la ville dans les réseaux de la mondialisation, sans pour autant la restreindre aux seuls flux financiers.  L’expression est assez proche de l’« Archipel Métropolitain Mondial » de Pierre Veltz qui souligne le rôle des échanges transnationaux (Veltz, 1996, 2014).

La métropolisation, un phénomène complexe

La métropolisation concerne aussi bien les villes superstars (soit les villes globales ou les villes monde) que les villes dites secondes (Ghorra-Gobin, 2015) qui s’inscrivent dans la mondialisation sans pour autant avoir un pouvoir de commandement dans l’économie globale.

Les métropoles représentent des nœuds de réseaux où s’articulent économie de la connaissance et économie de la fabrication, forces d’attractivité (services financiers, aménités, formations, soins, mobilité) et forces d’exclusion (prix du foncier et de l’immobilier, gentrification des quartiers centraux, ségrégation socio-spatiale, sécurités).

La restructuration de la ville au profit de la métropole se traduit également par l’usage du mot « cluster » (grappe d’entreprises ou pôle de compétitivité) inventée en 1998 par l’économiste Michael Porter.  Le cluster participe de l’économie de la connaissance : il renvoie aux effets spatiaux d’une organisation économique fondée sur le regroupement des activités de recherche et de production relevant d’un même secteur.  La proximité spatiale entre individus relevant d’institutions diverses (publics et privés) est perçue comme une opportunité pour des interactions de type face to face.

Vers une mondialisation plus équitable ?  

Le fait urbain à l’échelle mondiale se caractérise toutefois par une forte hétérogénéité : si une personne sur huit vit dans l’une des 28 mégacités de plus de 10 millions, la moitié de la population urbaine vit dans des établissements de moins de 500.000 habitants. La majorité de ces dernières se situent dans les pays émergents.   Dans les pays du Nord le phénomène est plus limité parce que l’armature urbaine s’est en fait construite progressivement dès la fin du XVIIIe siècle avec l’industrialisation.

Selon le think tank McKinsey Global Institute (MGI), 60% du PNB mondial est concentré au sein de 600 villes regroupant 1/5 de la population mondiale. Mais les chercheurs des Nations unies rappellent régulièrement qu’un milliard d’êtres humains vivent dans l’habitat précaire et informel : bidonville, favela, slum.  Cette situation dramatique s’aggrave avec l’émergence de camps rassemblant des personnes déplacées (réfugiés politiques ou climatiques).  Ce qui pose la question des inégalités.

Si la globalisation est généralement défendue par le Forum Economique Mondial, une ONG qui réunit tous les ans à Davos (Suisse) depuis 1971 les élites économiques et politiques, elle l’est également par les tenants du Forum social mondial (FSM) qui réunit depuis 2001 les organisations sensibles à la cause altermondialiste.  Le FSM ne remet pas en cause la mondialisation mais critique sévèrement les inégalités sociales et environnementales qui fragilisent de nombreux citoyens du monde.

La mondialisation a fait l’objet de nombreuses autres critiques dont celle de Joseph E. Stiglitz, prix Nobel d’économie (2001) et ancien économiste en chef de la Banque mondiale qui dénonce les délocalisations et les craintes des pays démunis de se faire piéger par des règles imposées par les puissants (Stiglitz, 2002).  Il s’en prend au « fanatisme des marchés » qu’incarne le « consensus de Washington ».

Elle serait néfaste socialement parce qu’elle creuse les inégalités ; dangereuse parce qu’elle livre l’économie à la loi de marchés dotés d’une forte instabilité ; antidémocratique car elle impose la domination de quelques pays dont les Etats-Unis sur l’ensemble du monde ; mortelle pour l’avenir de la planète car elle conduit à l’épuisement des ressources naturelles.  Stiglitz ne condamne pas la mondialisation mais il propose de la « réorienter » de façon plus équilibrée et équitable.

L’analyse de François Bourguignon (2012), ancien économiste en chef de la Banque mondiale présente l’intérêt de recentrer le débat: les inégalités entre les habitants des vingt pays les plus riches et les vingt plus pauvres sont criantes mais l’écart entre les pays riches et les pays pauvres tend à se réduire en raison de l’accroissement des échanges au profit du monde en développement comme en Chine par exemple.  Déplorant toutefois le creusement des inégalités à l’intérieur des nations qui perpétue des situations acquises évinçant de la consommation et de l’esprit d’entreprise des jeunes talents, l’économiste critique ceux qui revendiquent des mesures protectionnistes et propose une mondialisation de la redistribution.

 

Pour conclure,

La métropolisation correspond à un ensemble de processus faisant référence à la mondialisation, la globalisation et la planétarisation.  La transition métropolitaine ne se limite pas à à la seule politique de l’attractivité relevant du néolibéralisme, elle inclut la perspective de la transition écologique et de la justice spatiale.   

Références bibliographiques

Bourguignon Fr., La mondialisation de l’inégalité, Seuil, 2012.

Choplin A. & O. Pliez, La mondialisation des pauvres, Seuil, 2O018.

Dollfus O., « Système-monde et système-terre », L’espace géographique, N° 21, mars 1992.

Ghorra-Gobin C., La métropolisation en question, PUF, coll. « la ville en débat », 2015.

(dir.), Dictionnaire des mondialisations, Armand Colin, 2006.

Mongin O., La ville des flux, Fayard, 2013.

Stigliz J.E., La Grande désillusion, Fayard, 2002

Supiot A., « Mondialisation ou globalisation ?  Les leçons de Simone Weil ».  Paris : Collège de France, 2019.

Veltz P., Mondialisation, villes et territoires, L’économie d’archipel, PUF, 1996, 2014.

Pour aller plus loin

Appadurai Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Payot, 2001

Diamond Jared, Effondrement : Comment les sociétés décident de leurs disparitions ou de leur survie, Folio, 2009

Ghorra-Gobin Cynthia (dir.), Dictionnaire critique de la mondialisation, Armand Colin, 2012.

Ghorra-Gobin, Cynthia. "Un "tournant" dans la construction du récit métropolitain ?" Skyscraper,[URL]http://skscraper.hypotheses.org.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.