Le choix du mot « skyscraper » et les objectifs du carnet

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

CGG – Berkeley

La référence à  « skyscraper » – un mot de langue anglaise- comme intitulé d’un carnet peut paraître étrange dans la mesure où ce dernier n’a pas vocation à parler de tours et d’ immeubles de grande hauteur dans la ville américaine ou dans la ville tout simplement.  Il s’inscrit plutôt dans  la perspective dessinée par Carol Willis établissant un lien de parenté entre la forme urbaine et la finance.1.   Il a  également été choisi pour trois autres raisons que je me propose  d’expliciter.

Skyscraper reflète, sur le plan symbolique, la trajectoire d’un travail de recherche que j’ai mené sur la ville (acteurs, modèles d’urbanisme et d’aménagement, morphologie urbaine et pratiques spatiales dans les espaces publics) en privilégiant à partir de 1975 les villes anglo-américaines comme terrain.  La deuxième raison provient du fait que skyscraper correspond aujourd’hui  à l’ image adéquate pour qualifier la « transition métropolitaine », soit l’avènement d’une ère des métropoles, comme l’indique un récent rapport de l’OCDE (2015)Skyscraper illustre bien la démarche qui part de l’observation des changements dans le paysage urbain pour appréhender les pratiques des acteurs et ainsi conduire une réflexion concernant la sphère politique.

Lire la suite

  1. C.Willis, Form Follows Finance: Skyscrapers and Skylines, 1995 []