Des villes dans un monde globalisé: Imaginer la condition « locale-globale »

(Ce texte introduit les principales idées discutées lors de l’intervention au Festival de géopolitique de Grenoble, 9 mars 2017) 

L’idée d’une « rivalité » latente ou encore masquée entre les Etats et les grandes villes circule dans un certain nombre de débats scientifiques, politiques ou encore médiatiques.  Contemporaine de l’avènement d’un  monde mondialisé et globalisé, elle conduit à imaginer le sens à donner à  la condition « locale-globale » des villes. En d’autres termes les villes présentent une singularité, celle d’un vécu de la condition « locale-globale »  qui ne retrouve pas dans les mêmes termes au niveau des États qui œuvrent plutôt dans le national et l’international.

L’ouvrage de Benjamin Barber (if mayors rule the world) qui insiste sur les compétences des maires pour gérer des problèmes complexes et leurs capacités à dépasser les clivages idéologiques fait référence sur le mode implicite au principe de rivalité.  L’auteur s’inspire du contexte des Etats-Unis où de sérieux blocages entre les républicains et les démocrates ont entravé le fonctionnement de l’État fédéral pendant plusieurs années.

La thématique de la rivalité s’avère d’actualité avec l’avènement du Global Parliament of Mayors qui s’est réuni pour la première fois à l’automne 2016 à Amsterdam sous la houlette du politiste Barber.  Elle est confirmée par l’émergence d’associations de villes comme C40 (présidée aujourd’hui par Anne Hidalgo, maire de Paris) ou Cités unies.  Elle prend tout son sens à l’occasion des Conférences des Nations unies comme Habitat II (1996) et Habitat III (2016) ou  Coop 21 (2015) et  Coop 22 (2016).  Ces conférences ont réuni aussi bien des chefs d’États que des maires.

Dans le cadre d’Habitat III à Quito, les acteurs politiques nationaux et locaux ont discuté des Objectifs du Développement Soutenable (SDG) sur des thématiques précises comme l’adaptation au changement climatique, la transition énergétique ou l’accueil des réfugiés.

L’idée d’une  « rivalité » entre Etats et villes est également présente lorsqu’il est question de la dimension économique des villes et métropoles.  Ce fait a été mis en évidence dès les années 1990.  Les villes représentent les sites privilégiées de l’ancrage de l’économie globalisée.  La sociologue Saskia Sassen a  inventé l’expression « ville globale » pour marquer le tournant « global » d’une catégorie de villes participant de la métamorphose du capitalisme et sa financiarisation.  La productivité du capital est désormais supérieure à celle du travail et les villes y contribuent.

De nombreux experts reconnaissent que toute économie nationale repose sur la dynamique de ses métropoles. En d’autres termes le développement économique d’une nation dépend de la vitalité et de l’attractivité de ses métropoles.  Il est ainsi question d’économies métropolitaines ( « metro economies »).

Mais parallèlement à  l’hypothèse proclamant la « rivalité » entre États et villes, il y a une autre dimension qu’il convient d’explorer, c’est celle de la condition « locale-globale » de la ville.  En d’autres termes les villes présentent une singularité, celle d’un vécu de la condition « locale-globale »  qui ne retrouve pas dans les mêmes termes au niveau des États qui œuvrent plutôt dans le national et l’international.

Aussi pour clarifier cette spécificité de la condition « locale-globale », il revient

-(1) de revenir sur la notion de l’échelle de manière à différencier le « multiscalaire » du « transcalaire »

-(2) d’expliciter la nécessaire distinction entre « ville mondiale » et «  ville globale » qui renvoie à monde mondialisé et monde globalisé

-(3) d’évoquer le vécu d’un grand nombre d’habitants et d’acteurs économiques qui œuvrent au quotidien dans  l’ « ici et l’ailleurs ».

La conclusion souligne les enjeux que représente pour  la géopolitique l’avènement de villes s’inscrivant dans un monde globalisé et l’impératif de conceptualiser leur condition « locale-globale ».

1- Revenir sur la notion d’échelle pour différencier le « multiscalaire » du « transcalaire »

Avec l’avènement de la mondialisation, les géographes ont signalé l’impératif d’une prise en compte de l’échelle mondiale pour étudier le développement des sociétés.  Ils ont parlé du « territoire-monde », une notion prenant en quelque sorte le relais du territoire national.  Ils ont évoqué le caractère incontournable du  « multiscalaire » qui renvoie à l’idée d’un emboîtement des échelles dans un monde mondialisé.  Cet emboîtement va de l’échelle  locale à l’échelle mondiale et inclut l’échelle nationale et régionale.

Mais le principe de l’  « emboîtement » des échelles se vérifie peu lorsqu’on discute par exemple des relations que des villes comme New York et Tokyo entretiennent.  Ce constat ne résulte pas du fait que les niveaux nationaux –auquel chacune d’elles appartient—entretiennent des relations cordiales.  Ces deux villes participent de l’« espace intermétropolitain » qui résulte de l’ensemble des échanges qui lient entre elles les villes et les métropoles.  Cet espace intermétropolitain  s’appuie sur l’  « archipel métropolitain mondial » (Dollfus et Veltz) qui met en évidence la vitalité des métropoles à l’échelle mondiale et insiste sur leur connectivité.

L’espace intermétropolitain se qualifie ainsi de « transcalaire » dans la mesure où il se situe dans l’  « interaction » entre échelles.  Il relève en effet du « transnational » ou encore du « global ».  En d’autres termes le transcalaire s’avère un moyen d’identifier la condition « locale-globale ».  Avec la globalisation comprise comme processus d’hybridation entre révolution numérique et  métamorphose du capitalisme, on observe l’émergence d’ « acteurs globaux » qui participent du « transcalaire ».  Parmi les principaux acteurs globaux figurent les villes, les réseaux mafieux, les ONG, les terroristes et les firmes qui ne relèvent pas du principe de l’emboîtement des échelles, comme le suggère le « multiscalaire ».

2- Ville mondiale, ville globale : monde mondialisé et monde globalisé

La ville « globale » se qualifie comme un site privilégié de l’économie globalisée dans lequel elle assure un rôle de commandement.   L’importance et le poids de ce rôle dépend de sa place dans la hiérarchie des villes globales classées à l’échelle mondiale.  Mais elle n’est pas équivalente à la ville « mondiale » qui renvoie à l’idée d’un monde mondialisé.

La ville mondiale est connue de tous pour la richesse de sa culture et de son histoire.  Elle est reconnue pour son patrimoine universel et se présente de fait comme une destination touristique privilégiée à l’échelle mondiale.  Elle attire des flux de touristes mais elle ne fonctionne pas vraiment sur le mode « transcalaire ».  En d’autres termes elle n’œuvre pas vraiment dans l’  « espace intermétropolitain » même si elle fait partie d’un réseau de villes culturelles.

Par contre la ville « globale » s’inscrit pleinement dans le « transcalaire ».  Elle a intégré la révolution numérique et elle occupe un rang dans une hiérarchie de villes.  Elle participe du classement mondial des villes et ne se retrouve pas dans le clivage centre-périphérie de la géopolitique habituelle.  Elle œuvre dans le « réticulaire » et l’espace « intermétropolitain ».

Cette transformation économique s’accompagne d’une  reconfiguration du territoire de la ville globalisée.  La dématérialisation de l’économie et sa financiarisation, s’accompagne de l’émergence de   (1)  districts financiers « financial districts »,  (2) de processus de gentrification ainsi que de  (3) migrations intra-métropolitaines.

La ville mondiale témoigne de l’intensification des flux de touristes dans un monde mondialisé alors que la ville globale navigue dans un monde réticulaire et globalisé.  La première s’inscrit dans le multiscalaire alors que la seconde participe du transcalaire.

3- Le vécu  ‘local-global’ des habitants et des acteurs économiques

Pendant longtemps le local s’est limité à faire référence à un échelon politico-administratif.  Il figurait dans la sphère intranationale et s’inscrivait dans le « multiscalaire » d’un monde mondialisé.

Mais dans un monde globalisé (disposant d’acteurs globaux), le local fait désormais référence à l’ancrage spatial de processus déterritorialisés ou dématérialisés relevant de l’économie globale.  Et de fait le local s’inscrit dans le « transcalaire », le transactionnel et le transnational.

Le global ne donne pas vraiment à voir le monde et l’humanité. Il participe du principe de  la connectivité.  Une entreprise globale  caractérisée par la « multilocalisation », c’est-à-dire une certaine forme de dissociations des lieux de commandement,  des sites de production et des sites de consommation est gérée selon le principe de la « connectivité ».  Internet et le smartphone autorisant en quelque sorte l’éclatement spatial de la firme.  Le global qui résulte de la révolution numérique œuvre dans le relationnel et peut se qualifier de transnational.

Dans un monde globalisé on différencie ainsi la proximité « spatiale » de la proximité « relationnelle ».   La majorité des habitants des villes vivent désormais aussi bien dans la proximité spatiale que relationnelle.  Ils vivent  l’ « ici et l’ailleurs » grâce à leur smartphone et Internet.  Ils sont en contact avec des individus vivant dans d’autres métropoles ou dans d’autres pays.  C’est l’expérience des classes créatives, des expatriés, des immigrés, des réfugiés et d’une grande partie de la population.

La proximité relationnelle, contrairement à la proximité spatiale, accorde par ailleurs une place non négligeable à l’imaginaire des individus.  Ce qui explique la complexité croissante du local (c’est-à-dire des villes) dans un monde globalisé.    

Conclusion: Les enjeux de la « rivalité » pour la géopolitique

La géopolitique est en mesure d’identifier la rivalité entre les villes dans un monde mondialisé et globalisé.  C’est une hypothèse désormais partagée par un grand nombre de personnes.  Cette rivalité s’exprime sur le plan économique, social ou culturel selon les critères présentés dans les classements de ville.  Elle se lit également au travers de politiques publiques et de programmes concernant l’adaptation au changement climatique ou la transition énergétique.  Les villes participent d’une hiérarchie et certaines d’entre elles peuvent même figurer en tant que « modèles ».

Mais la géopolitique traditionnelle a plus de mal à identifier la « rivalité » entre Etats et villes parce qu’elle n’a pas encore conceptualisé la condition locale-globale des villes.  Le monde globalisé (différent du monde mondialisé) s’inscrit  dans la connectivité, le relationnel et le transactionnel.  Il peut être identifié par la généralisation du fonctionnement diasporique pour une majorité d’habitants (expatriés, immigrés, classes créatives, réfugiés, étudiants internationaux…).

La condition « local-globale » est encore étrangère à la géopolitique traditionnelle qui est ancrée dans le territoire et l’espace.  Elle participe du  transcalaire parce qu’elle s’inscrit dans le numérique, les réseaux, le transactionnel et l’imaginaire. Elle autorise en effet des acteurs à « agir ensemble indépendamment de leur  localisation » (Définition du Dictionnaire critique de la mondialisation). Aussi formaliser et documenter la condition « locale-globale » ne peut que contribuer à mieux saisir les enjeux de la rivalité entre États et villes.

Ce billet reprend des notions et concepts argumentés dans les trois ouvrages suivants :

Dictionnaire critique de la mondialisation, Armand Colin, (2 éditions : 2006 et 2012)

Entre local et global.  Les territoires dans la mondialisation. Editions Le Manuscrit (Fronts pionniers), 2016.

La métropolisation en question, Puf (la ville en débat), 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *