La mondialisation risque-t-elle d’être remise en cause? Un regard ancré aux Etats-Unis

CGG- St Paul (Minnesota)

Cynthia Ghorra-Gobin et Martine Azuelos

L’élection du président Trump aux Etats-Unis – dont la campagne fut menée sur le slogan de la fin du « libre-échange » —  présente-t-elle le risque d’accentuer le ralentissement (déjà observé) de la mondialisation et de la globalisation ?

C’est la question que pose ce billet qui prend acte de la décélération du rythme de la mondialisation depuis la crise (Great Recession) sans pour autant l’interpréter comme un cycle de « démondialisation ». Aussi il l’analyse soulignera plutôt les incertitudes que font peser sur la poursuite du processus de mondialisation les annonces de l’administration Trump.

La première partie s’appuie sur de récentes données concernant les échanges internationaux, les flux d’IDE (investissements directs à l’étranger) participant à la globalisation productive, ainsi que l’intégration financière (globalisation financière).  La deuxième partie évoque la contribution des immigrés au développement économique, les mesures prises par le président Trump à l’encontre des immigrés sans papiers et la capacité de mobilisation de la société et des villes.  La conclusion souligne les pratiques de l’habiter « ici et ailleurs » d’une grande partie des populations métropolitaines.

I-Le volet économique

 Entre les années 1980 et 2007 la mondialisation avait connu une forte accélération sous l’effet de trois phénomènes concomitants. 1. Les flux d’échanges commerciaux s’étaient intensifiés. 2. La globalisation productive avait progressé grâce à l’augmentation des flux d’IDE). 3. Le volume des mouvements internationaux de capitaux avait explosé à la faveur de la montée en puissance de la finance de marché et de l’intégration financière (« globalisation financière »). La crise déclenchée en 2007 et les développements  des dix dernières années – notamment l’élection de Donald Trump — doivent-ils être interprétés comme remettant durablement en cause ces processus ?

1.1-Les données chiffrées

Les données chiffrées conduisent à relativiser les discours sur la « démondialisation »  car elles font apparaître que la mondialisation se poursuit, mais à un rythme plus lent qu’au cours des trois décennies antérieures.

La progression du commerce mondial (marchandises et services) avait été deux fois plus rapide que celle de la croissance mondiale de 1985 à 2007 (+6% contre +3% en rythme annuel moyen), portant la valeur des exportations globales de marchandises à 20% du PIB mondial en fin de période. Après la contraction sévère enregistrée en 2008 et 2009, puis le rebond de 2010-2011, les échanges ont ensuite crû à un rythme modeste (+3%) et sensiblement identique à celle du PIB mondial. On relève toutefois que les échanges de services restent plus dynamiques (+5,5%) que les échanges de biens.

Selon le FMI, ce tassement de la croissance du commerce mondial depuis 2012 peut en partie s’expliquer par un ralentissement de la dynamique de libéralisation des échanges dont témoigne le nombre plus réduit d’accords de libre-échange négociés et adoptés sur les dix dernières années. Il semble cependant principalement imputable au ralentissement de l’activité économique, et en particulier à la faiblesse de la croissance de l’investissement tant dans les pays développés que dans les pays émergents, et notamment en Chine. La reprise attendue de la croissance mondiale pour 2017 et 2018 pourrait donc bien augurer d’une reprise des échanges internationaux (FMI, octobre 2016 et avril 2017).

Les IDE, qui avaient crû de 22 % (en rythme annuel) de 1985 à 1999, ont suivi un cours plus erratique depuis. Leur croissance ralentit au début de la décennie suivante (+5 % de 2001 à 2005), avant de céder la place à un effondrement (-16 % en 2008 et -37 % en 2009), puis à une stagnation depuis 2010. Au point que les flux enregistrés en 2015 restaient inférieurs au pic de 2007, et qu’ils se sont encore réduits  (-3%) en 2016. Les trois principaux pays d’accueil restent les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine. Le volume des IDE en Chine ne semble guère avoir été affecté par le ralentissement de sa croissance chinoise. Quant aux Etats-Unis, leur attractivité pour les investisseurs étrangers ne paraît pas souffrir des incertitudes liées à l’entrée en fonctions de Donald Trump.

Si l’on prend en compte le fait que l’IDE émane principalement d’entreprises globales qui sont responsables de 50% du commerce mondial, on perçoit bien le lien entre et la stagnation de l’IDE, d’une part, et le ralentissement de la progression des échanges internationaux, d’autre part. On observe par ailleurs que la rentabilité des IDE a fortement diminué depuis quelques années et que la globalisation productive marque le pas (The Economist, 28 janvier 2017).

La globalisation financière, en revanche, n’a rien perdu de son élan. Elle avait été impulsée à partir des années 1980 par l’élimination des contrôles sur les mouvements de capitaux et par la révolution des technologies de l’information et de la communication (TIC). Elle s’était traduite par une progression de l’intégration financière mondiale, qui caractérise une situation dans laquelle les capitaux circulent sans entraves à l’échelle de la planète, les marchés nationaux s’intégrant dans un marché unique.

D’où une progression sans précédent des flux internationaux de capitaux, au point que si le montant de ces flux équivalait à celui des flux commerciaux dans les années 1980, il était neuf fois plus important en 2010. Un temps freinée par la crise, la globalisation financière a ensuite repris son cours. Elle a notamment été alimentée par la progression de l’endettement public et privé liée aux politiques monétaires expansionnistes adoptées pour stimuler l’activité. Le montant de la dette mondiale a atteint en effet 2,25 fois celui de la richesse mondiale à la fin 2016.

1.2- Les annonces de l’administration Trump

Donald Trump a annoncé, le jour même de son entrée en fonctions, qu’il ne demanderait pas au Congrès de ratifier l’accord transpacifique (TPP) négocié par l’administration Obama. Son intention proclamée est aussi de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) avec le Canada et le Mexique. Il a aussi affiché sa volonté de relever de 45% les droits de douane sur les importations chinoises. Ces annonces indiquent que le ralentissement de la dynamique de libéralisation des échanges risque de se poursuivre.

En revanche, certaines autres annonces pourraient, si elles se concrétisaient par un vote du Congrès, favoriser les investissements aux Etats-Unis et renforcer son attractivité pour l’IDE. On pense notamment à celles qui concernent la mise en place d’une vaste réforme fiscale, ou encore la levée des règles contraignantes mises en place sous l’administration Obama pour protéger l’environnement et réformer le secteur de la finance (Dodd-Franck Act).

On pense aussi aux projets concernant le financement d’un vaste plan de rénovation des infrastructures et l’achèvement de la construction du mur matérialisant la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Ironiquement, l’achèvement de la construction de ce mur pourrait, un temps, doper l’activité du secteur de la construction aux Etats-Unis alors que sa finalité ultime, qui est de mettre un terme à l’immigration illégale, ne peut qu’avoir des effets négatifs sur la croissance à long terme de ce pays.

II- Le volet migratoire

 Les flux migratoires, au même titre que l’économie et la finance, participent de la mondialisation et de la globalisation. Et la société américaine fait preuve de mobilisation.

2.1- Les immigrés contribuent à la richesse nationale

Dans un article publié sur le site de Brookings Institution (juste après le résultat des élections), les auteurs rappelaient que si les Etats-Unis ne représentaient que 11% du volume des échanges mondiaux, ils comptaient 19% du stock des migrants dans le monde.  La société américaine ne représente que 4% de la population mondiale mais les Etats-Unis s’inscrivent comme la première destination pour les migrants en provenance de 60 pays.   Les migrants c’est-à-dire les personnes nées à l’étranger représentent 13.2% de la population. 

 Les migrants sont largement concentrés dans les métropoles situées dans la mégalopole allant de Boston à Washington, dans les États ayant une frontière avec le Mexique (Californie, Arizona et Texas), ainsi qu’à Miami, Chicago, Dallas et Houston.  Plus de la moitié de la population du comté de Miami-Dade est née à l’étranger.  Les migrants façonnent ainsi une société diversifiée (multi-ethnique et multi-raciale)  et participent à la croissance démographique.  Pour 28 aires métropolitaines sur les cent premières, les flux migratoires en provenance de l’étranger représentent un facteur déterminant de la croissance démographique.

Au cours de sa campagne, le président Trump a fait valoir qu’il comptait préserver les emplois en faveur du peuple américain et qu’il limiterait l’immigration.  Mais pour de nombreux auteurs comme Richard Florida (https://www.citylab.com/work/2017/02/americas-lost-talent/516705/) les migrants ne prennent pas des emplois aux Américains.  Leurs compétences complètent celles des salariés américains.  Les migrants aux faibles qualifications occupent des emplois que les Américains ne veulent pas (comme dans le secteur de la construction ou le tertiaire inférieur).  Quant aux migrants diplômés, ils représentent un pourcentage non négligeable de la population active dans le secteur de la haute technologie.

Les migrants qui participent des « classes créatives » du secteur de la haute technologie constituent 57% de la population active dans la métropole de San Jose-Sunnyvale-Santa Clara en Californie,  39% dans celle de Miami, 34% dans celle de Los Angeles, 33% dans celle de San Francisco et environ 30% à New York et Houston (https://www.citylab.com/work/2017/02/americas-lost-talent/516705/).   Pour ce qui concerne les « classes créatives » œuvrant dans des secteurs autres comme la finance, l’art, et le juridique, Richard Florida estime qu’elles incluent 7,4 millions de migrants, ce qui représente le chiffre de 14% au niveau national.

A partir de ces analyses, il est possible d’en déduire que les migrants ne prennent pas des emplois aux Américains et qu’ils contribuent à la richesse du pays.  Ce point de vue est partagé par des élus locaux (grandes villes) qui se disent prêts à défendre leurs migrants sans papiers et ainsi déterminés à déclarer leurs villes « sanctuaires ».

2.2- La mobilisation de la société

 Les premières mesures anti-immigration du président Trump (décret du 27 janvier 2017) ainsi que le muslim ban interdisant l’accès au territoire américain aux musulmans de sept pays ont fait l’objet de nombreuses protestations aux Etats-Unis et dans le monde.  La mobilisation du peuple américain a été remarquable à bien des égards et la fermeté des juges déclarant que « personne n’est au-dessus de la loi, pas même le président »  doit être souligné.  Le décret a ainsi pu être gelé le 3 Février 2017 par un juge fédéral de l’Etat de Washington (James Robart) pour donner le temps à deux plaignants (les Etats de Washington et du Minnesota) d’argumenter leur positionnement.  La remise en cause du décret présidentiel devant la cour d’appel de San Francisco peut être perçue comme une victoire de cette mobilisation même si elle ne l’a pas vraiment fait fléchir sur ce point.

Durant sa campagne présidentielle, le président Trump avait déclaré que l’État fédéral ferait voter une loi visant à déporter les sans-papiers, soit les immigrés illégaux dont le chiffre s’élève à 11 millions.  Les grandes villes américaines comme New York, Los Angeles, Chicago et San Francisco avaient alors répondu qu’elles s’organiseraient pour se déclarer « sanctuary cities » c’est-à-dire qu’elles protégeraient les sans-papiers et refuseraient de coopérer avec les autorités fédérales de l’immigration.  Aussi le président Trump a signé un décret (executive order) intitulé « Enhancing Public Safety in the Interior of the United States » dans lequel il  indique qu’il refuserait toute forme de financement fédéral à l’égard des villes et des comtés se déclarant « sanctuaires ».

Si les chercheurs en économie et en sciences sociales insistent sur la contribution et la valeur ajoutée des immigrés pour assurer la richesse économique du pays, si les élus de 39 villes et 364 comtés se mobilisent (avec une partie de la population) pour se déclarer « territoires sanctuaires » dans le but de protéger les migrants sans papiers, on peut en déduire qu’une partie de la société américaine (celle vivant principalement dans les aires métropolitaines insérées dans la mondialisation) est prête à défendre l’ouverture au monde

Conclusion : Prendre en compte les pratiques de l’habiter « ici et ailleurs » 

Il fut un temps où l’expérience de l’habiter « ici et ailleurs » était principalement réservée aux migrants qui avaient choisi de maintenir des liens avec leur pays d’origine.  Mais ce phénomène n’est plus uniquement réservé aux migrants s’organisant sur le mode diasporique.  Le smartphone autorise tout individu à maintenir régulièrement le contact avec d’autres individus localisés ailleurs, dans d’autres métropoles ou dans les campagnes.  La communication peut se dérouler à partir de l’espace domestique (réunions familiales autour de l’application skype) ou dans les espaces publics.

L’expérience diasporique se généralise : elle concerne les expatriés, les classes créatives, les migrants, les réfugiés, les étudiants internationaux, les touristes et  une grande partie des habitants.   Ces pratiques quotidiennes de l’ici et l’ailleurs ne peuvent s’effacer par simple décret présidentiel, compte tenu de la révolution numérique.  Penser l’ « America First » et vouloir prendre distance avec tout ce qui relève de la mondialisation et de la globalisation n’empêchera pas de nombreux Américains de se sentir appartenir à un monde mondialisé et globalisé.  Il y a certes des annonces du président Trump qui peuvent faire craindre pour l’ouverture internationale des Etats-Unis mais de nombreux indicateurs économiques confortent l’idée de l’attractivité de ce pays pour l’investissement étranger et son rôle dans la globalisation financière.  Le défi politique premier consiste alors à réconcilier les exclus de la mondialisation avec ceux qui en sont les bénéficiaires.

Quelques références

Martine Azuelos, entrée « Economie », Dictionnaire critique de la mondialisation, Paris, Colin, 2012.

CNUCED, World Investment Report 2016 et Global Investment Trends Monitor n°25, février 2017.

FMI, World Economic Outlook, octobre 2016 et World Economic Outlook Update, janvier 2017.

« The retreat of the global company », The Economist, 28 janvier 2017, pp. 14-17

Cynthia Ghorra-Gobin, entrées «Capitalisme» , « Métropole »,« Migration», Dictionnaire critique de la mondialisation, Paris, Colin, 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *