La dimension politique de l’espace intermétropolitain

CGG- New York

Le dernier billet mis en ligne en juin 2016 –avant le référendum sur le Brexit- insistait sur la relation particulière entre New York et Londres, en raison de la connectivité entre les deux pôles financiers que sont la City et Wall Street.  L’analyse soulignait combien la connectivité entre les deux villes –que les Anglo-Américains intitulent parfois NYLON— incarnait d’une certaine manière la relation spéciale que le Royaume-Uni entretient avec les Etats-Unis et combien celle-ci risquait de s’affaiblir avec le Brexit. On ne dispose toujours pas de travaux empiriques permettant de se faire une idée des retombées du Brexit sur cet espace intermétropolitain  dans lequel s’inscrivent les deux villes, même si les médias signalent que la place financière de Paris attirerait des entreprises contraintes de quitter Londres.

Mais ce qui retient l’attention ici correspond aux propos tenus par la presse écrite suggérant que rien n’allait changer pour les élites ou ceux qui ont opté pour une vie de nomade de luxe entre Londres et New York, comme le milliardaire et ancien maire de New York. Michael Bloomberg avait annoncé dès son départ de la mairie en 2013 qu’il comptait passer une partie de son temps à Londres, une ville qu’il qualifie également de second home. Il y possède un manoir et a fait construire au cœur de la City un quartier général pour son agence d’information financière Bloomberg LP.

Mais cette idée que les « élites sont en fait imperméables au Brexit » (tire d’un article paru dans Le Monde du 10/11 Juillet 2016 par Yves Eudes, page 27) incite à revenir dans le cadre de la réflexion de ce carnet sur l’hypothèse de l’avènement d’un espace intermétropolitain. Un espace intermétropolitain se définissant comme l’espace de relations que les villes et les métropoles nouent entre elles sur le mode transnational ou global en dehors de toute hiérarchie politique, c’est-à-dire en dehors de toute communication avec l’Etat auquel elles appartiendraient.

Pour illustrer la dimension politique de l’espace intermétropolitain je signalerai l’organisation d’un colloque intitulé « le parlement global des maires » à l’initiative du maire de La Haye et réunissant 70 maires de villes (grandes et petites) du nord et du sud ainsi que des réseaux d’associations municipales œuvrant pour la coopération intermunicipale. Il ne s’agit pas ici de commenter ce colloque qui s’est déroulé les 9, 10 et 11 septembre 2016 et auquel je n’ai pas assisté mais tout simplement d’insister sur la portée symbolique de ce Global Parliament of Mayors (GPM) (parlement global de maires) initié par Benjamin Barber, l’auteur du livre paru en 2014, If Mayors Ruled the World : Dysfunctional Nations, Rising Cities.

Si Benjamin Barber met l’accent sur l’aspect dysfonctionnel de l’Etat tel qu’il peut l’observer aux Etats-Unis où les Républicains et les Démocrates ont eu beaucoup de mal à dialoguer et à travailler ensemble au cours des dernières années, j’insisterai plus particulièrement sur les initiatives des villes pour construire l’espace intermétropolitain. Le GPM souligne en effet la capacité des villes à échanger sur des sujets aussi importants que (1) les migrations ainsi que (2) le changement climatique en raison de leurs attitudes pragmatiques face à de tels enjeux. Ces deux thématiques seront d’ailleurs à l’ordre de la troisième conférence des Nations unies sur la ville, soit Habitat III qui se déroulera à Quito (Equateur) du 17 au 20 octobre 2016 à Quito.

Ce qu’il faut retenir de ces deux manifestions -dont l’envergure n’est certes pas similaire- c’est qu’elles ont pour ambition d’empower les villes de manière à ce qu’elles prennent des initiatives pour répondre aux exigences de la COP 21 par exemple et qu’elles coopèrent afin de faire face à l’ensemble des enjeux globaux.

En tant que chercheur il revient d’identifier les moments et les lieux où se construit cet espace intermétropolitain ainsi que les thématiques autour desquelles se joue la coopération. Les prochains billets seront peut-être l’occasion de rendre compte de décisions politiques ayant pour objectif de renforcer et de consolider l’espace intermétropolitain ou tout simplement les relations entre les villes alors que par ailleurs la globalisation semble remise en cause par les victimes de ces processus aux Etats-Unis comme en Europe..