Le choix du mot « skyscraper » et les objectifs du carnet

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

CGG – Berkeley

La référence à  « skyscraper » – un mot de langue anglaise- comme intitulé d’un carnet peut paraître étrange dans la mesure où ce dernier n’a pas vocation à parler de tours et d’ immeubles de grande hauteur dans la ville américaine ou dans la ville tout simplement.  Il s’inscrit plutôt dans  la perspective dessinée par Carol Willis établissant un lien de parenté entre la forme urbaine et la finance.1.   Il a  également été choisi pour trois autres raisons que je me propose  d’expliciter.

Skyscraper reflète, sur le plan symbolique, la trajectoire d’un travail de recherche que j’ai mené sur la ville (acteurs, modèles d’urbanisme et d’aménagement, morphologie urbaine et pratiques spatiales dans les espaces publics) en privilégiant à partir de 1975 les villes anglo-américaines comme terrain.  La deuxième raison provient du fait que skyscraper correspond aujourd’hui  à l’ image adéquate pour qualifier la « transition métropolitaine », soit l’avènement d’une ère des métropoles, comme l’indique un récent rapport de l’OCDE (2015)Skyscraper illustre bien la démarche qui part de l’observation des changements dans le paysage urbain pour appréhender les pratiques des acteurs et ainsi conduire une réflexion concernant la sphère politique.

Je propose de contribuer au débat contemporain sur l’urbanisation  et sur les conditions de vie dans  la métropole  dans un contexte marqué par la mondialisation et l’avènement du global.  Métropole n’est pas un terme qui évoque une ville dont le poids démographique dépasserait un seuil  et qui serait plus étendue spatialement.  Je considère la métropole comme une nouvelle étape de l’urbanisation et comme un objet doté d’une plus grande complexité que la ville dans son rapport à l’Etat.

1- La trajectoire d’une recherche antérieure: référence à un terrain et à un corpus de sciences sociales 

Ma réflexion s’est dans un premier temps (années 1970)  attachée à rendre compte de la découverte de la ville et de l’urbain Outre-Atlantique.  J’ai ainsi expliqué comment les représentations et les mythes partagés par l’ensemble des acteurs (professionnels de l’aménagement, promoteurs, décideurs, intellectuels et habitants) dès la fin du 19ème siècle avaient façonné l’urbanisation tout au long du siècle suivant.

Le choix  de l’aire urbaine de Los Angeles (pour ma thèse d’Etat, 1975-1985) me permit de démontrer:  (1)  que le mythe de la maison individuelle entourée d’un jardin avait  facilité la diffusion de l’automobile et non l’inverse (2) que le développement des banlieues dans un contexte de croissance démographique reposait sur la procédure de l‘incorporation (autorisant les habitants à s’organiser auprès des pouvoirs publics pour se doter  d’une municipalité) et (3) que l’obtention du statut de municipalité se traduisait par l’adoption  d’un plan d’urbanisme encadrant le marché foncier et marché du logement de manière à favoriser une homogénéité sociale, raciale et ethnique.

La ville américaine demeure toujours le terrain privilégié du travail et j’apprécie d’ identifier les mots et les concepts du corpus des sciences sociales aux Etats-Unis qui permettent de lire et comprendre la reconfiguration sociale, économique et spatiale de la ville au profit du territoire métropolitain. Le mot skyscraper reflète ainsi les deux dimensions de la recherche: le terrain et la tradition scientifique.

2- Une image-symbole de l’avènement de la métropole

Dans un premier temps le terme de skyscraper – appris en classes terminales- me servait à identifier la ville américaine.  Mais en me rendant pour la  première fois aux Etats-Unis et notamment à Los Angeles (Août 1978)  j’ai réalisé que ce terme n’était pas adéquat. Si les images de New York ou Chicago confirmaient ce fait,  il n’en était pas de même pour la Californie du sud. LA comptait certes des bâtiments de grande taille mais ne disposait pas d’une skyline. 

C’est sous l’égide de son maire (Thomas Bradley) qu’elle s’est dotée d’un plan d’urbanisme pour se lancer dans la construction d’édifices de grande taille dans le downtown.  Ce tournant s’est opéré au milieu de la décennie 1980 parallèlement à une politique d’internationalisation de la ville. LA a décidé de se doter d’un profil de ville insérée dans les réseaux financiers, à l’image de New York, de San Francisco et d’autres villes dans le monde.

Aussi si jusqu’aux  1980, skyscraper symbolise la ville américaine et sert à caractériser  le siècle américain, il n’en est plus de même à présent. L’image et le mot servent désormais à désigner l’inscription d’une ville/métropole dans les flux de communication, de capitaux, de tourisme, et parfois les mouvements migratoires circulant à l’échelle mondiale.

3- La figure du skyscraper renvoie à l’idée d’un espace intermétropolitain

Le skyscraper véhicule l’image d’un ville ancrée dans l’espace intermétropolitain.  C’est du moins l’hypothèse privilégiée ici. Les acteurs métropolitains entretiennent des relations avec des acteurs localisés dans d’autres métropoles.  Ce fait concerne les acteurs économiques comme les responsables politiques.  Ces derniers s’investissent dans des relations qui –lorsqu’il s’agit de métropoles localisées en dehors du territoire national — ne sont pas très éloignées du champ des affaires internationales, un domaine jusqu’ici réservé aux Etats.  Ils échangent des informations sur les politiques qu’ils mènent, sur les modalités de fonctionnement de leurs territoires et  parfois nouent  des alliances visant à mener conjointement des programmes réduction de  leur consommation énergétique ou  d’adaptation au changement climatique.

Les métropoles sont désormais représentées dans les manifestations internationales, comme la Conférence sur le changement climatique (COP 21) à Paris (fin 2015) ou la Conférence Habitat III à Quito (Equateur) à l’automne 2016. Lors d’un forum organisé au printemps 2015  par le Comité de Chicago pour les affaires globales (Chicago Council on Global Affairs) et le Financial Times, les élus locaux ont côtoyé d’anciens ministres des affaires étrangères, comme Madeleine Albright venue parler de son expérience.  Et comme l’indique le site de la ville, le point de vue de l’ancien maire de Toronto (David Miller) a été remarqué par un journaliste du Chicago Tribune: A l’heure où « les gouvernements nationaux sont en train de négocier des accords pour faciliter des échanges commerciaux, il devient essentiel que les villes optent pour une stratégie de relations internationales ».

En d’autres termes, les villes peuvent se doter d’un rôle de contre-pouvoir dans le cadre d’ accords inter-gouvernementaux et multilatéraux qui souvent profitent principalement aux entreprises globales.  Mais si la figure du skyscraper évoque l’ancrage d’une ville dans l’intermétropolitain, il importe de ne pas oublier l’articulation entre la ville et son hinterland.  On parle dans ce cas de l’espace intramétropolitain  renvoyant aux relations entre municipalités. Les chercheurs aux Etats-Unis parlent de metropolitics pour faire référence à l’invention d’une scène politique à l’échelle du territoire métropolitain.

L’objectif: Discuter des enjeux métropolitains dans une perspective comparative

La figure du skyscraper  a été retenue pour servir d’introduction à un carnet dont l’un des objectifs majeurs consiste à présenter et à discuter des enjeux métropolitains.  Utile de rappeler que dans notre contexte national, la métropole a le statut d’une institution depuis le début de l’année 2015 et qu’aux Etats-Unis la métropolisation se comprend comme une « révolution ».

Dans ce contexte, la stabilité et la soutenabilité des métropoles représentent un défi pour les  décideurs comme pour les sciences sociales.  Les politiques publiques ne peuvent se limiter à des actions en faveur de la seule attractivité territoriale, elles doivent également inclure des actions prenant en compte les inégalités sociales, les disparités spatiales et les revendications des habitants sans oublier le volet environnemental.  Aussi l’intercommunal représente un enjeu aussi important que l’intermétropolitain.

A l’heure où les métropoles s’affirment dans la sphère économique, sociale, culturelle et politique, un peu partout dans le monde, la dimension comparative s’impose.  Il ne s’agira pas ici de comparer  New York, Londres, Paris, Dubaï, Sao Paulo ou Shangai  mais de prendre le temps d’analyser la nature des discours sur la métropole et ses enjeux  tels qu’ils s’inscrivent dans les différents corpus des sciences sociales.  La perspective comparative se comprend comme une démarche utile pour viser le décentrement de débats nationaux et probablement conduire  à l’élaboration d’une science de l’urbain non confinée à la gestion de Big Data.

Cynthia Ghorra-Gobin, Directeur de recherche CNRS-Creda (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Visiting professor à Berkeley (Spring semester, 2015)

  1. C.Willis, Form Follows Finance: Skyscrapers and Skylines, 1995 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *