La métropolisation se différencie-t-elle vraiment de la périurbanisation ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

CGG – Berkeley

A l’heure du ‘tournant global’ des sciences sociales et de l’intensification des échanges d’idées, il importe de saisir la différence de sens que véhiculent les termes de « métropolisation » et « périurbanisation » en France et aux Etats-Unis.  Les chercheurs francophones différencient la métropolisation de la périurbanisation alors qu’il en est autrement aux Etats-Unis.  Pourquoi ?

Le contexte français

Comme l’indique la publication  du Certu  1  – une agence publique devenue depuis le Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement)-  la métropolisation et la périurbanisation sont deux processus pas forcément corrélés (p.23-25).

Selon ce rapport (2014)  –issu d’une synthèse de travaux antérieurs menés par des chercheurs français- la métropolisation doit se comprendre comme « un nouveau processus de transformation généralisée de l’urbain dont le fond de scène est la globalisation de l’économie et des échanges, et dont les composantes s’articulent autour de la capacité des territoires à nouer des liens, à se connecter sur les différents réseaux d’échanges » (p.7).

Cette définition reconnait  que (1) l’articulation entre la globalisation – c’est-à-dire la métamorphose d’un capitalisme désormais financiarisé et globalisé-  et l’urbain ; que (2)  le développement économique d’une nation repose désormais sur la dynamique de ses métropoles et que (3) ces dernières participent d’un espace intermétropolitain  se déployant à l’échelle mondiale.

La périurbanisation -toujours selon ce rapport- s’apparente à un phénomène plus ancien identifié par le rapport Mayoux dès 1979 qui dénonçait « l’étalement urbain sur le mode pavillonnaire au-delà de la banlieue ».  Dans notre contexte national la banlieue en général et plus particulièrement la première couronne de banlieues est relativement dense par rapport aux banlieues des Etats-Unis.  La périurbanisation fait référence à l’ « exode urbain » vers des espaces périphériques, un phénomène qui s’explique en raison de (1) la pression foncière sur les quartiers des villes centres (2) du désir (fortement encouragé par les pouvoirs publics) d’accéder à la propriété d’un pavillon entouré d’un jardin et (3) de disposer d’un logement d’une plus grande superficie permettant ainsi à tout enfant de posséder une chambre.

Dans la perspective dessinée par les chercheurs français, la métropolisation se traduit par des politiques d’attractivité territoriale à l’initiative d’acteurs publics et privés alors que la périurbanisation se limite à des investissements publics en faveur d’infrastructures routières ainsi que d’équipements publics (établissements scolaires).  En d’autres termes la première repose sur des fondements économiques alors que la seconde ne concerne que le résidentiel.  Il n’y aurait ainsi aucune interférence entre les deux.

Le contexte des Etats-Unis

Aux Etats-Unis comme en France, la métropolisation est également reconnue comme un processus inhérent à la mondialisation et à la globalisation.  Toutefois les chercheurs en sciences sociales insistent beaucoup sur les dynamiques (1) de « restructuration » -relevant de l’économique, du social et du spatial-  et (2) de « reterritorialisation » concernant l’ensemble du territoire national.

La thématique de la « restructuration » a émergé suite à la publication d’ Edge City en 1992. Dans cet ouvrage, l’auteur Joel Garreau démontre combien les fonctions économiques qui jusqu’ici étaient principalement concentrées dans la ville centre sont en train de se diffuser en dehors de la ville dans les banlieues résidentielles.  L’Edge City représentait en quelque sorte un nouveau downtown périphérique.2.

Le redéploiement spatial des emplois en dehors de la ville centre expliquerait l’étalement urbain au-delà des banlieues traditionnels.   Le « Vivre en banlieue et travailler en ville »  se transforme : il est ainsi de plus en plus question de travailler en banlieue et de vivre  dans une banlieue périphérique.  Aussi aux Etats-Unis l’urban sprawl  ou la périurbanisation est difficilement dissociable de la métropolisation.  Ce sont les deux facettes d’un même phénomène.

La dynamique d’une reterritorialisation concernant l’ensemble du territoire national, y compris les petites villes est reconnue par l’ensemble des interlocuteurs même si elle peut varier d’un site à un autre en fonction du potentiel économique et démographique.  Aussi depuis 2003, le recensement fédéral a inventé une nouvelle catégorie statistique différente des aires « métropolitaines » : les aires « micropolitaines » (micropolitan areas).

La différence entre les deux s’explique principalement sur la base d’un critère démographique.  En effet, les  premières disposent d’une ville centre de plus de 50.000 habitants alors que les secondes se caractérisent par une ville centre dont la taille varie entre 10.000 et 49.000 habitants.  En 2010,  10% de la population américaine vit dans une aire micropolitaine et 83,7% dans une aire métropolitaine alors qu’en France 18% de la population urbaine vit dans le périurbain, soit un tiers.

Comment expliquer cette différenciation entre les deux contextes ?

La mise en perspective de deux contextes permet de faire le constat d’une sérieuse différenciation.  Aux Etats-Unis une grande partie du territoire et de la population est concernée par les processus de recomposition inhérent à la mondialisation et à la globalisation.  En France, seuls les habitants des grandes villes –devenues depuis le début de 2015, métropoles-  seraient touchées par la restructuration économique.  D’où les trois questions  suscitées par le contraste :

– pourquoi refuser l’idée que la métropolisation en suscitant des pôles et nœuds suburbains et en dotant le territoire urbain d’une structure polycentrique puisse accélérer l’étalement urbain et  l’émergence d’un périurbain (en zone urbaine diffuse ou en zone rurale) ?

-pourquoi dissocier les processus économiques des processus spatiaux ?  Ne peut-on y lire au contraire une mise en relation des deux phénomènes ?

– pourquoi s’évertuer à construire des catégories spatiales (et sociales) dont le principal objectif consiste à identifier des populations exclues de la mondialisation  sans être explicite sur les critères ?

En guise de première réponse, je dirai que les professionnels, les chercheurs et les politiques français choisissent de considérer l’urbain comme un simple cadre de vie alors que les anglo-américains le pensent comme un creuset socio-économique et ne sont pas loin d’utiliser le terme d’ « écosystème ».  Je reviendrai sur cette esquisse de comparaison dans le cadre de futurs billets.

Cynthia Ghorra-Gobin (CNRS-CREDA)    

 

 

 

  1. http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-processus-metropolisation-urbain.pdf []
  2. Pour plus de détails sur l’Edge City consulter Hypoergeo, l’encycplopédie électronique consacrée à l’épistémologie de la géographie, www.hypergeo.eu/spip.php?article655 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *